Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

La THÉOGONIE de KASHYAPA (mythe indien)

L’œuvre de Kashyapa : la naissance des dévas

C'est durant le grand sacrifice de Pouroucha, que le savant et visionnaire rishi Kashyapa, de son union et de sa collaboration avec sa première femme la lumineuse Aditi, engendra la grande famille des dieux, nommés les dévas en sanskrit

De l'union de la vision, incarnée par Kashyapa, avec la lumière, incarnée par Aditi, la déesse de la Conscience Initiale, sont donc nés les dieux gardiens des éléments primordiaux. C'est grâce à eux que la vie put commencer puis perdurer. Il s'agit d'Indra, d'Agni, le Feu, de Varouna, le protecteur des eaux, le maître des étendues vastes, mouvantes et chaotiques, de Mitra, le gardien de la lumière, l’œil du monde, le témoin de toute chose, mais aussi du Soleil, Sourya, de la Lune, Chandra, de Tvastar le forgeron et de bien d'autres encore.

Avec les sourcils de Brahma, Kashyapa et Aditi créèrent donc Agni, le Feu, invoqué depuis par tous les hommes. Les Offrandes et les Sacrifices apparurent aussitôt à la suite du Feu, auquel toute chose est destinée et doit être offerte, des oblations aux cadavres humains.

Avec un des yeux de Brahma, Kashyapa et Aditi créèrent Surya, le dieu-soleil et avec ses hanches, ils firent Chandra, le dieu-lune.

Depuis, Surya se déplace sur un char en or, tiré par sept chevaux, représentant les sept jours de la semaine. Son rôle est de protéger la Terre en régnant dessus. De leurs unions avec les nuages, ses rayons donnèrent naissance aux jumeaux à tête de chevaux, les Ashvins , protecteurs de la santé et des récoltes.

Indra

Indra

De la bouche de Brahma-Pouroucha et des mots qui en jaillirent, Kashyapa et Aditi créèrent Indra, le dieu du tonnerre, ainsi que tous les autres dieux dont la fratrie fut nommée dévas.

Indra est donc l'aîné des dieux dont il est le chef. C'est le maître de la foudre et il possède comme arme redoutable les Maroutes, qui sont les Nuages Gris annonciateurs des pluies et des tempêtes. Sur l'ordre d'Indra, ces divinités de l'orage, des guerriers belliqueux aux dents de fer et aux armes et armures en or, attaquent les nuages qu'ils tranchent de leur épées. Ceux-là mêmes sont sont responsables des pluies mais aussi des feux de forêt et des tremblement de terre.

Le véhicule d'Indra est un éléphant blanc à mille têtes qui lui sert de char de combat. Lourdement armé d'éclairs, d'épées, de sabres et de lances, Indra est le déva qui est né en premier, celui qui a embelli les autres divinités par ses œuvres et dont la force et la grandeur infinies font trembler le Ciel et la Terre. Indra est plus étendu que le ciel, plus grand que la terre. Terrible et puissant, c'est en faveur des hommes qu'il s’enflamme... Et comme le taureau aiguise ses cornes, il affûte son éclair foudroyant pour les créatures .

Lui-même a consolidé la Terre et le Ciel, a déchiré les nuages orageux et agrandi la plaine des airs. C’est par lui que vivent tous les êtres, car c'est lui qui a refoulé les démons dans de ténébreuses grottes pour s’emparer de leurs dépouilles comme un chasseur de sa proie, car il est celui qui immole les monstres, ne pardonnant jamais l’impertinence. Ni la ruse, ni la violence ne sauraient triompher de lui !

Indra n’emploie sa puissance qu’à frapper sans cesse le Mal et le Faux, pour rétablir l’ordre dans la confusion et donner la forme au chaos. C'est donc Indra qui règne sur le Soleil et l’Aurore et c'est à lui qu'obéissent les eaux. Il est le modèle de l’univers, la source qui anime les êtres inanimés.

Devant Indra, dont le bras est armé de la foudre, s’inclinent donc avec vénération le Ciel et la Terre et frémissent les montagnes! Pour élargir l’horizon, il a élevé le soleil dans le ciel et a lancé sa foudre au milieu des vaches célestes pour nous offrir la prospérité. C’est à lui qu'appartiennent les chevaux rapides, les campagnes fertiles, les génisses, les villes, les chars remplis de richesses.

C’est donc vers lui que se tourne en priant le riche ou le pauvre, c’est à lui que s’adressent les invocations des prêtres et les chants des poètes. C’est lui que prient les peuples victorieux et c'est lui que les guerriers appellent à leur secours lors de combats. Tous d'ailleurs l’appellent à leur secours, comme le fermier appelle sa vache nourricière !

Se rendent vers lui, comme les marchands vers la mer, comme les femmes vers la montagne pour y cueillir des fleurs, les prêtres-chanteurs, qui sont avides de ses faveurs et entourent son autel. Pour prendre part à leurs rituels, Indra accourt avec l’impétuosité du taureau, toujours prêt à prouver sa force dans le combat et montrer qu'il mérite les louanges qui lui sont adressées.

Océan aérien, il est comme la mer et reçoit dans son sein les vastes torrents du ciel.

Varuna, Mitra et Aryaman

Textes suivants composés de plusieurs hymnes du Rig-Véda (trad. d' A. Langlois et A. P. Soupé pour Varuna)

Aditi et Kashyapa eurent de nombreux enfants, tous dévas. Parmi eux, Varuna, Mitra et Aryaman furent les plus glorieux.

Toujours suivi de ses frères Mitra, la Lumière de la Justice et Aryaman, la Promesse, Varouna est la fois dieu et démon. Il est le colérique et lunaire maître des océans, des pluies et du cosmos. Ses serviteurs sont les Nagas, les hommes-serpents et son véhicule est un monstre marin. Varouna étant le plus grand des magiciens, c'est lui qui eut la responsabilité de faire de la terre un lieu propice à la vie.

Pour créer la vie sur Terre, comme le sacrificateur étend la peau de l’animal immolé, Varouna a d'abord étendu la Terre devant le Soleil. Puis il a donné l’air aux branches et aux feuilles des forêts, la force aux chevaux et le lait aux vaches. Ensuite, il a mis l’âme dans les cœurs, le Feu au milieu des vagues, le soleil dans le ciel, et les plantes dont sont extrait les nectars sur les versants des montagnes. À sa demande, les nuages étendirent au loin leur masse ténébreuse, que les courageux Maroutes poussèrent avec force. Puis, comme la pluie humecte les champs d'orges, Varouna, roi du monde, arrosa la terre toute entière.

Kamadeva, Tvastar et Pushan

Avec le cœur de Brahma, Aditi et Kashyapa créèrent Kamadéva qu'il firent dieu du désir et qu'il armèrent d'un arc en canne à sucre et d'un carquois rempli de flèches enduites d'un élixir d'amour. Depuis, Kamadéva est le maître du désir, X amoureux ou sexuel ainsi que du plaisir, esthétique ou sensuel. Aditi et Kashyapa lui donnèrent un perroquet pour monture ce qui lui permit de voler et de se déplacer rapidement, tout en papillonnant comme le font ces oiseaux en vol, en recherche de quelques graines à manger comme autant de désirs à satisfaire. La femme, attribuée à Kamadeva, fut le Plaisir, Rati, déesse de l'amour, du désir charnel et du plaisir sexuel.

 

Kashyapa et Aditi donnèrent aussi naissance à Tvastar, l'ingénieur et l'artisan qui créa l'univers tel un céleste architecte. Il est aussi appelé Vishnakarman, le seigneur des sciences et de l’ingénierie, le maître absolu des moteurs et des techniques. Doté d'une inspiration créatrice et manuelle sans limite, il est l'architecte et le constructeur d'Indrapura, le palais des dieux situé au sommet du mont Mérou. Il est le gardien des utérus et garantit la fertilité des femmes qui l'honorent pour avoir un enfant.

 

Autre frère, autre déva, autre fils de Kashyapa et Aditi, est Pushan, le protecteur des rencontres et des mariages. C'est lui qui mène les âmes d'une existence à l'autre. À ce titre, il est le protecteur des routes et des voyageurs, veillant à ce que ni les pèlerins, ni les commerçants, ne soient attaqués par les bêtes sauvages, dévalisés ou réduits en esclavage durant leur trajet.

L'année étant un chemin qui va d'une saison à l'autre, Poushan est aussi le garant de la fertilité des champs

 

L'union de Vak et Kashyapa

Par ailleurs, de la bouche de Brahma-Pouroucha sortit Vak, une incarnation de Sarasvati. Vak est la déesse de l'éloquence tout comme Sarasvati est celle de l'intelligence. Vak, le verbe et la sagesse incarnée, est depuis l'amie des musiciens et la source d'inspiration des Védas.

L'apercevant, Kashyapa tomba instantanément sous son charme et la prit pour seconde épouse. De leur union naquit l’Émotion.

Généalogie brahmanique
Généalogie brahmanique

Généalogie brahmanique

La THÉOGONIE de KASHYAPA (mythe indien)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article