Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

L'AUBE (divinité indo-européenne)

Déjà l’Aurore, de ses doigts de rose, secouant les rênes empourprées, lançait son char dans la carrière des cieux. Adieu le doux repos ; la nuit le cédait au jour. 

Apulée, L'Âne d'or, 3, 1, 1.

La déesse de l'aube est similaire d'une culture à l'autre. Elle est non seulement commune aux civilisations indo-européennes, mais aussi aux civilisations non indo-européennes, en particulier mésopotamiennes et égyptiennes.

Ushas (Inde), Ishtar (Akkadie, Assyrie), Inana (Sumer), Isis (Égypte), Astarté (Phénicie), Ashtar (Aram, Moab), Astaré (Canaan)… Dans chacune des langues respectives des peuples qui les adorèrent, leur nom signifie l'aube (Ushas, Ausra), le crépuscule, l'aurore (Aurora), la lumière (Easter, Ishtar, Isis) ou l'exaltation (Brigit). Leur culte remonte à la nuit des temps, alors que l'homme, ne possédait pas encore la culture, ni la science, ni même le feu, et tremblait chaque nuit pour sa survie.

Aussi éternelle que le soleil lui-même, la déesse de l'Aube annonce l'arrivée de l'astre solaire, c'est-à-dire le retour du jour qui dissipe la nuit.

Écoute-moi, déesse qui guide pour les mortels le char de la lumière,
Blanche déesse qui fait rayonner sur le monde un doux éclat,
Messagère dorée du grand titan le Soleil.
Toi qui par ta présence renvoies les épaisses ténèbres de la nuit
Dans les entrailles de la terre.
Conductrice de tous les travaux, distributrice de la vie des hommes,
Tu fais la joie des mortels ; aucun ne voudrait fuir ton charmant visage.
Quand tu chasses loin des paupières le sommeil aimable,
Les hommes, les reptiles, les quadrupèdes, les oiseaux
Et tout ce qui habite le sein des mers, tous se réjouissent.
Tu donnes aux hommes la nourriture qui leur est agréable.
Bienveillante pour tes dieux, augmente pour eux l’éclat de ton char sacré.

Hymne à l'Aurore, 75e hymne orphique.

Elle offre à l'Univers une nouvelle journée et symbolise le savoir qui dissipe les ténèbres de l'ignorance. Dotée d'une beauté incommensurable et indescriptible, l'Aube séduit le cœur le plus sec et redonne espoir à ceux qui en manquent.

En témoigne cette prière sanskrite, citée dans S. Reff et A. Stern dans Soleil de prières, anthologie de prières du monde entier (Albin Michel, 1989).

Comme un nouveau-né, regarde cette journée : c'est la vie.
La vraie vie de la vie. Dans son bref déroulement,
il y a toute la vérité et la réalité de ton existence :
l'épanouissement de la croissance, la splendeur de la beauté, la gloire de l'action.
Hier est déjà un rêve et demain n'est encore qu'une vision.
Bien vivre le jour présent transforme chaque jour d'hier en rêve de bonheur
et chaque lendemain en vision d'espérance.
Regarde donc bien ce jour : tel est le salut de l'aube.

La déesse de l'aube inspira le russe du Caucase Mikhaïl Lermontov (1814 - 1841), et son poème épique romantique et païen : Le Chant du tsar Ivan Vassiljevitch :

Au-dessus de Moscou à la tête d’or, au-dessus des blanches pierres du Kremlin, derrière les forêts lointaines et les cimes bleues des montagnes, dorant déjà les toits blancs des maisons et divisant les nuages humides et sombres, flamboie la lumière de l’Aurore. Elle peigne en souriant sa chevelure d’or, elle lave son visage dans la blanche neige, et pareille à une belle jeune fille qui se contemple dans un miroir, elle jette à la terre du haut des cieux un regard de complaisance. Dis, ô belle Aurore, quel désir t’a éveillée ce matin ? Â quelle scène joyeuse es-tu venue assister ?

Tout comme Lermontov, l’Écossais James Macpherson (1736 - 1796) est un auteur qui a puisé son inspiration dans l'héritage païen de l'Europe pré-médiévale. Même si ses Chants d'Ossian ne comportent que très peu de références religieuses, ils mentionnent tout de même la déesse de l'aube :

Étoile de la nuit qui descend, belle est ta lumière dans l’Occident ! Tu lèves ta tête à la chevelure vierge sur ta nuée, et tes pas sont majestueux sur ta colline ! Que regardes tu dans la plaine ? Les vents orageux se sont apaisés, et de loin arrive le murmure du torrent. Les vagues rugissantes escaladent les rochers éloignés. Les insectes du soir voltigent sur leurs faibles ailes et remplissent de leurs bourdonnements le silence de la plaine. Que regardes-tu, belle lumière ? Mais tu souris et tu t’en vas ! Les vagues avec joie viennent autour de toi ; elles baignent ta belle chevelure. Adieu, rayon silencieux !

Les Chants de Selma.

L'Aube est la déesse de la beauté, de la lumière, de l'intelligence et de l'initiation mystique. Elle est affiliée à la planète Vénus, surnommée l'étoile du matin et du soir. Elle est donc vénérée très tôt le matin, alors que le soleil ne s'est pas encore levé mais que la nature fait déjà entendre le chant des oiseaux.

La védique Ushas est présentée comme une jeune fille nue, offrant la vision de son corps au monde entier. Elle est la maîtresse du Soleil et la sœur de Ratri, la déesse de la nuit, par ailleurs compagne légitime de l'astre de lumière. Plutôt que le plaisir charnel, Ushas incarne la puissance séductrice de la sagesse, dont le sage tombe amoureux alors qu'il progresse dans son initiation.

Ushas est en effet la plus désirable de toutes les créatures, car c'est elle qui ramène au Jour la Parole et la Prière ; c'est elle qui répand ses teintes brillantes et illumine le monde en visitant toutes ses créatures. Éclatante interprète des chants sacrés, le corps nu, Ushas étale alors ses parures pour ouvrir les portes du jour. En illuminant l’univers, elle en montre les trésors. De sa main puissante, elle invite tous les êtres à se réveiller et le monde endormi à se mouvoir. Elle est celle qui incite à goûter la joie, à accomplir les rites sacrés et à travailler à la prospérité.

 

La divinité de l'aube

védique

Ushas

bouddhiste

Marichi « Rayon de l'aurore » (taoisme : Domu)

perse

Usha

arménienne

Ayg

grecque

Eos

romaine

Aurora

latine

Mater Matuta

irlandaise

Brigit

germanique

Ostarmanoth

anglo-saxonne

Eostre, Easter

slave

Intrebog (dieu du matin)

balte

Ausra, Ausriné

estonienne*

Hamarik

égyptienne*

Isis

mésopotamienne*

Ashtar, Ishtar

akkadienne*

Inana, Idana

phénicienne*

Astarté

babylonienne*

Sarpanit (Vénus, Mère des dieux)

 

L'AUBE (divinité indo-européenne)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article