Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Les spiritualités du TARIM

Les spiritualités du Tarim

Les habitants du Tarim étaient panthéistes. Leur cosmogonie, comme leurs principales divinités, avaient beaucoup à voir avec celles des Aryens (mais avec une plus grande importance portée à la déesse-mère). Nous retrouvons donc naturellement des formes d'hindouisme dans cette région, en particulier avec le culte de la déesse-mère sous sa forme effrayante et toute-puissante, surnommée par les historiens « Durga de Sogdiane » et par les chinois « Xiwangmu », la reine-mère d'Occident.

Dès le début de notre ère, importé par l'Empire Kushan, le bouddhisme devint très tôt une religion populaire et prospère. Cette doctrine s'établit plutôt dans les zones urbaines et dans les oasis de la route de la soie, sans chercher à s'imposer à l'ensemble des populations de ces immenses espaces désertiques et montagneux.

Au sud de la Bactriane, le Gandhara fut longtemps la principale « plaque tournante » du bouddhisme en Asie occidentale, alors que cette doctrine perdait de son influence et de son prestige en Inde. Les monastères bouddhistes se trouvaient le long de la route de la soie, de Sogdiane (actuel Ouzbékistan) jusqu'en Chine. Khotan, Kashgar, Hami, Turpan, toutes ces villes fondées par les Indo-Européens étaient de puissantes cités bouddhistes. Elles offraient aux caravansérails et aux commerçants de passage le gîte et le couvert, en échange d'une donation à la communauté du monastère.

Le bouddhisme qui caractérisait le bassin du Tarim faisait partie de l'école Sarvastivada, celle-ci était l'un des courants majeurs du bouddhisme indien. Apparue environ trois cents ans après la mort du prince Siddhartha Gotama (vers -500 à -400), cette doctrine se répandit dans les régions du Cachemire, du Pendjab et du Gandhara et par contamination, rejoignit le nord du massif himalayen et le bassin du Tarim à travers la Bactriane et la Sogdiane. L'empire Kushan se fit alors le protecteur du bouddhisme ; c'est l'âge d'or de l'art gréco-bouddhiste.

Outre les cultes panthéistes de type hindouiste et bouddhiste, se trouve au nord du Tarim, une source d'influence majeure des régions polythéistes : le chamanisme. De l’Oural à la Chine, on retrouve une multitude de peuples nomades, souvent turco-mongols. Leur spiritualité est une forme de chamanisme teintée de mythologie : le tengrisme. Ce courant mystique jouera un rôle fort méconnu mais essentiel dans le développement du bouddhisme tibétain et mongol.

À partir de la fin du premier millénaire de notre ère, chassées du Moyen-Orient par les musulmans, des communautés manichéennes s'installent à Samarcande. Cette ville devient la nouvelle capitale des patriarches en remplacement de Babylone-Bagdad. Chassés de Samarcande suite à l'invasion turque de ce qui deviendra l’Ouzbékistan, ces manichéens émigrent ensuite dans le Tarim. C'est dans celui-ci que l'on a retrouvé une grande partie du précieux corpus de texte liturgique manichéen. Ces communautés seront prospères quelques siècles, s'implanteront en Mongolie, puis jusque sur le littoral chinois (où se trouve le dernier temple manichéen encore debout). Considérés par les Ouïgours comme des infidèles, accusés de subversions par l'Empire du milieu, chassés de Chine, massacrés en terre islamique, les manichéens finiront pas disparaître tout à fait.

Citons enfin le zoroastrisme, qui fut l’un des cultes les plus populaires dans la région du Tarim jusqu’à l'islamisation de la région commencée vers l'an 1000. Il s'agissait du culte d’État de l'empire Perse sassanide, dont faisaient partie la Bactriane et la Sogdiane, régions voisines du Tarim.

Comble de l'Histoire, après avoir hébergé tant de cultes et tant de doctrines, le bassin du Tarim, dont le nom chinois actuel est le Xinyang, n’accueille plus de nos jours que trois types de croyances : l’islam, le confucianisme et l'athéisme.

La grotte aux mille bouddhas (Dunhang, Gansu, Chine)
La grotte aux mille bouddhas (Dunhang, Gansu, Chine)

La grotte aux mille bouddhas (Dunhang, Gansu, Chine)

L'art bouddhiste kushan / tokharien
L'art bouddhiste kushan / tokharien

L'art bouddhiste kushan / tokharien

Les spiritualités du TARIM

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article