Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Le couple de divinités MÈRE-FILS

Je suis tout ce qui a été, tout ce qui est, tout ce qui sera; et nul mortel n'a encore soulevé mon voile.

Inscription sur le fronton du temple d'Isis à Saïs (Égypte)

L'importance de la déesse mère et de son fils, ou jeune amant, est un des points communs entre le panthéon dravidien, celui des anciens Égyptiens, mais aussi celui des mystérieux Minoens, ce fameux « peuple de la mer », tels que les nommaient leurs voisins des rives méridionales de la Méditerranée. Parmi les références indo-européennes, citons le mythe phrygien de Cybèle et Attis.

En Égypte, Isis est la mère de l'enfant-dieu Horus, souvent représenté sur ses genoux. Dans la mythologie minoenne, la déesse mère est présentée avec un enfant (ou un adolescent) sur ses genoux. Il s'agit du « dieu éphèbe » et de « la Grande Mère », « la vierge » Britomartis-Dictynna, qui inspirera l'Artémis-Diane gréco-romaine. L'iconographie la présente assise sur un trône, maîtresse et créatrice de l'Univers, tandis que son partenaire est dompteur et enchanteur des bêtes sauvages. Figure proche de Skanda-Murugan ou de Dionysos, la jeune divinité masculine est alors accompagnée d'un lion, d'un chevreuil et d'un griffon, armé d'un arc et suivi d'un démon porteur de vases à libation.

Ce couple « déesse mère - dieu enfant » se retrouve dans le mythe chrétien de Marie. Comme Britomartis, Marie est une vierge représentée accompagnée de son bébé, l'enfant Jésus, le fils de Dieu, qu'elle montre fièrement à l'Univers, dans la même posture que prenaient jadis Isis ou Amman, en prenant sur leurs genoux Horus ou Murugan.

 

Le couple de divinités MÈRE-FILS

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article