Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Une légende kouchéenne de DRAGON (mythe du Tarim)

C'est l'indianiste Sylvain Lévi (1863 - 1935), un des premiers traducteurs du Tokharien, qui nous raconte :

 

Jadis, le roi de Koutcha, Atchour, avait une force surnaturelle ; il pouvait soumettre les dragons venimeux. Or il y eut des marchands qui vinrent pour vendre aux gens de l'or, de l'argent, des pierreries, des marchandises ; pendant la nuit, toute la monnaie d'un seul coup se transforma en charbon ; dans l'intérieur du pays, un grand nombre de personnes perdirent leur or et leurs joyaux. Le roi avait un fils qui était entré en religion et avait atteint le fruit d'arhat. Le roi interrogea l'arhat ; l'arhat lui dit :

« C'est un dragon qui a fait cela ; il habite dans la montagne du Nord, il a la tête comme un tigre. En ce moment, il se tient en tel et tel endroit pour dormir. »

Le roi changea de vêtement, prit son sabre ; sans bruit, il sortit et se rendit à l'endroit où était le dragon. En voyant le dragon couché, il voulut d'abord le mettre à mort ; mais il se dit :

« Si je frappe le dragon pendant son sommeil, qui saura que j'ai eu une force surnaturelle ? »

Le dragon surprit se leva et se transforma en un lion. Le roi alors monta sur lui. Le dragon imité fit le bruit du tonnerre et s'élança dans l'espace. Arrivé à vingt lieues au nord de la ville, le roi s'adressa au dragon et lui dit :

« Si tu ne descends pas, je te coupe la tête. »

Le dragon, craignant la force surnaturelle du roi, se transforma en homme et dit :

« Ne me tue pas ! Je fournirai au roi un véhicule pour le conduire à son gré où il le désirera. »

Le roi accepta, et dans la suite il chevaucha régulièrement un dragon pour circuler.

Une légende kouchéenne de DRAGON (mythe du Tarim)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article