Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

INDRA contre VRITRA, le dragon de la sécheresse (mythe indien)

Indra sur son éléphant

Indra, divinité védique de la foudre, est appelé « le libérateur des eaux ». Une légende l'oppose au dragon Vritra, qui retenait les eaux prisonnières et asséchait la Terre, rendant la vie impossible aux hommes. Ce mythe est raconté dans les Védas et le Vishnu Purana :

*

À présent sans rivaux, mais affaiblis, les dévas se déchirèrent entre eux. À l'âge d'or avait succédé des âges plus sombres et les offrandes et prières, dont ils tiraient toutes leur noblesse, venaient à leur manquer.

Ce fut Tvastar, le dieu forgeron, qui menaça le plus sérieusement Indra, car celui-ci avait mis à mort un de ses enfants qui, incarné sur terre, s'était livré à tant de pénitence que l'immortalité lui était promise.

Or, ceci ne plaisait pas à Indra, qui pensait les cieux assez peuplés pour ne pas y faire entrer un humain de plus. Le roi des dévas envoya d'abord ses nymphes pour le séduire et le mettre sur le chemin du plaisir et du vice. Mais celui-ci demeura de marbre face à leur charme de sorte que, malheureusement, Indra n'eut d'autre recours que de lancer lui-même toute la puissance de son vajra sur le sage infaillible. Sans quoi, l'ascète se serait rapproché de Brahma et lui aurait demandé l'immortalité, un souhait qu'il aurait sans aucun doute obtenu.

Pour se venger d'Indra, Tvastar avait donc façonné de ses divines mains une créature monstrueuse qu'il lança à l'attaque d'Indra. C'était Vritra, le dragon de la sécheresse. Où qu'il passât, la terre s'asséchait, les puits se tarissaient, la vie périclitait. Indra, le maître des eaux, n'eut d'autre possibilité que d'affronter le monstre en combat singulier car les autres dévas, effrayés, n'osaient se mesurer au dragon. Dans un premier temps Indra fut dévoré par Vritra, mais à la demande de Brahma, Tvastar dut donner l'ordre à sa créature de recracher le chef des dieux qui n'eut alors d'autre option que la fuite.

C'est alors que, sans adversaire, ivre de son succès, le dragon s'affranchit de la volonté de son maître et s'en prit à tout ce qui sur Terre vivait d'eau. L'humanité décimée, les dévas ne reçurent plus aucune prière, ni aucun hommage. Indrapura, devint triste, ses rues pavées d'or et ses colonnes de marbres se couvrirent alors de boue et de fissures. La Terre, enfin, fit jaillir ses pleurs dans l'univers, lesquels furent immédiatement bus par Vritra dont la soif jamais ne se tarissait, contrairement aux fleuves et rivières de la Terre.

Piteux, Tvastar fut contraint de faire la paix avec Indra, et pour lui permettre de terrasser sa créature, il forgea pour lui le vajra, qui deviendra son arme. Pour la fabriquer, Tvastar fit entrer dans son fourneau tous les éclairs de l'univers puis il fit fondre une arme à poing indestructible qu'il offrit au plus puissants des dévas. En plus d'infliger des pertes immenses dans les rangs des forces obscures, le vajra provoqua aussi l'illumination en détruisant l'ignorance, ce qui fit d'elle l'arme la plus redoutable d'Indra.

Encouragé par les dévas à nouveau assemblés, et après avoir mis toutes les chances de son coté en ayant bu des torrents de Soma, la divine et enivrante liqueur qui procure force et immortalité, Indra partit au combat. Cependant, avant de livrer bataille, Indra s'en fut visiter Mayasura, le roi des asuras, le grand démon de l'illusion, l'ami éternel des serpents, le protecteur de la nature et le maître-architecte des mondes souterrains. Mayasura offrit tous ses sortilèges au chef des dévas de sorte que celui-ci possédait à présent les forces magiques.

Se distinguant comme se distingue de la plaine la cime d'une colline, couvert d’une cuirasse de fer, enivré de nos libations, chevauchant au milieu de ses troupes, Indra est donc allé vers le lieu où sont enchaînés les nuages pour les en libérer.

Autour des sombres flancs de Vritra, le dragon de la sécheresse, s’étendait alors une montagne noire qui arrêtait la course des eaux. C'est Indra qui délivra les ondes prisonnières en les précipitant en torrents sur les versants de la montagne.

C'est au plus profond d'une caverne, au cœur d'un volcan, qu'Indra trouva le terrible et impitoyable Vritra, le ventre lourd de toutes les eaux qu'il renfermait et qui, sans cela, se seraient déversées du ciel sur la terre. Le combat qui s'ensuivit tourna vite à l’avantage du roi des dévas car c'est d'un simple coup de vajra, accompagné de la force d'un unique mantra magique, qu'il massacra le dragon ennemi des hommes et des plantes.

Sans attendre, Indra ouvrit le ventre de la bête et libéra le cours des rivières... et les eaux jaillirent depuis leurs sources et coulèrent jusqu'aux océans, abreuvant à nouveau toute vie sur Terre.

Le Vajra, arme-éclair d'Indra

 

INDRA contre VRITRA, le dragon de la sécheresse (mythe indien)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article