Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

VAMANA contre BALI (mythe indien)

Le sage Prahlada, le fils d'Hiranyakashipu devint à son tour roi des assuras. Il eut un fils qui lui-même eut un fils, nommé Bali. Il fut élevé dans la vertu et la dévotion jusqu'au jour où il succéda à son grand-père. D'abord, son règne fut caractérisé par la paix et la prospérité et il étendit son royaume, prenant le monde entier sous sa main bienveillante. Il conquit même l'enfer du Naraka et arriva aux portes du Svarga, la demeure d'Indra et des autres dieux.

Afin d'agrandir encore son royaume, Bali effectua le sacrifice du cheval (ashvameda), qui consiste à laisser un cheval errer à sa guise et ainsi, par ses mouvements, délimiter le royaume. À la fin du rituel, le cheval était sacrifié par le Feu considéré comme le plus sacré des sacrifices. Cependant, Indra, au nom des dieux et de leur sauvegarde, fit de même, et les deux personnages renchérirent l'un sur l'autre des milliers d'années durant sans que l'un d'eux ne pût prétendre avoir fait un sacrifice de plus que l'autre ni donc prétendre à la souveraineté sur le domaine du Svarga.

Cependant, dans un souci de maintenir la balance entre le bien et le mal alors absents de l'univers, durant le sacrifice de Pouroucha, du pouce de la main droite de Brahma, surgit un mystérieux rishi nommé Daksha. Celui-ci eut de nombreux fils avant d'avoir de nombreuses filles.

Ses fils furent nommés les Danavas car ils avaient été engendrés de son union avec Danu, la déesse de l'océan du chaos. Aussi puissants que les Dévas, aussi honnêtes que leurs cousins célestes, les Danavas furent d'abord la gloire de la Création. Mais alors que Bali gagnait en pouvoir, ils trahirent les dévas et s'unirent au roi des asuras pour causer leur perte.

Kashiapa, attristé de voir sa descendance les assouras se comporter aussi mal, retourna visiter sa première femme Aditi, espérant voir de leur union émerger un nouvel espoir pour les dévas, qui étaient de tous ses fils ceux qu'ils chérissaient le plus car leur rôle à chacun était essentiel à la subsistance de l'univers. C'est alors que Vishnou, qui avait favorisé la puissance de Bali dans le simple dessin de donner une leçon d'humilité au roi des dieux, s'incarna sous la forme du nain Vamana, le dernier fils d'Aditi et Kashiapa. Puis il s'en alla trouver le roi Bali afin de ne lui adresser qu'une seule requête : que le roi lui donnât autant de terres qu'il pouvait parcourir en trois pas afin qu'il puisse travailler à sa subsistance et vivre en ascète

Malgré les mises en garde de ses conseillers qui auguraient là une mauvaise affaire, Bali, jusqu'alors maître des deux mondes inférieurs, le Patala souterrain et la Terre, fut amusé par le nain dont il accepta le marché car il avait bon cœur et considérait en très haute estime ceux qui dédiaient leur vie à Vishnou.

À la stupéfaction générale, Vamana grandit soudainement dans d'immenses proportions. De son premier pas il traversa toute la Terre et l'Enfer, et de son deuxième pas il traversa le domaine céleste du Svarga, prenant ainsi possession de l'univers.

La Terre sous ses pieds et le ciel en guise de couronne, le nain souriait alors de toutes ses dents, heureux de pouvoir mesurer la terre, le ciel et les enfers en seulement trois pas.

C'est alors que les dieux, un par un, selon l'importance du rite védique qui leur était attribué, jetèrent au pied du maître de l'univers, les étoiles qui scintillaient dans le vaste ciel, semblables à des fleurs au pollen évanescent.

Acceptant sa défaite et voyant que Vamana n'avait plus de place pour son dernier pas, Bali proposa humblement d'offrir sa propre tête comme dernière étape au nain qu'il savait être Vishnou, car seul Vishnou pouvait montrer une puissance supérieure à celle d'Indra associée à une intelligence sans faille.

Cependant, Indra, furieux de se voir sans cesse disputer son autorité sur le Svarga, profita de l’inattention de son adversaire et le foudroya de son vajra, le forçant ainsi à rejoindre l'enfer du Naraka et à en faire sa dernière demeure. Impressionné par sa foi et sa fidélité à toute épreuve, Vishnou bénit tout de même Bali et lui confia les clés du Sutala, le troisième monde inférieur et souterrain, qui compose le premier des enfers.

Ainsi, grâce à son amour de Vishnou, Bali connut la Moksha après sa mort, c'est à dire la libération de son âme. Depuis, libre d'un corps qui n'est plus, Bali rend visite en ami et aussi souvent qu'il le désire à Vishnou, en son domaine céleste du Vaikunta. De son corps transpercé des éclairs lancés par Indra, naquirent les pierres précieuses : ses yeux devinrent des saphirs, son sang des rubis, sa chair du cristal, ses os des émeraudes, sa langue du corail et ses dents des perles de nacre.

Quant aux Danavas, les fils rebelles de Daksha et Danu, ancêtres des créatures fourbes et maléfiques qui peuplent depuis l'univers, les dévas les rejetèrent au plus profond de la Terre, dans des cavernes où le soleil lui-même ne leur rend jamais visite. Là, ils attendent dans la peur la fin du monde et le déluge qui les feront retourner à l'océan initial dont ils sont originaires.

VAMANA contre BALI (mythe indien)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article