Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Narasimha contre Hiranyakashipu (mythe indien)

 Récit inspiré du Bhagavata Purana.

À peine furent-ils nés que l'Avarice et le Luxe jetèrent partout l’épouvante. Ennemis des dieux comme des hommes, les garnements firent la guerre à chacun. En vérité, ils n'étaient nés et ne vivaient que pour faire du mal à l'humanité, persécuter et blasphémer les dieux.

L’aîné de ces deux monstres était Hiranyaksha, « Œil d'or », le démon de l'Avarice. De lui naquirent tous les autres démons asuras qui infestèrent bientôt l'univers. Le plus jeune s'appelait Hiranyakashipu, ce qui veut dire « coussin d'or » : il devint le démon du Luxe et de la Vanité.

Peu de temps après leur naissance, l'Avarice et la Cupidité s'en allèrent trouver Brahma, lui rendirent leurs hommages, et après lui avoir prodigué toute sorte de louanges douces comme le nectar, ils lui annoncèrent qu’ils étaient venus le voir pour solliciter de lui une grâce. Brahma, charmé des éloges qu’il venait d'entendre leur répondit qu’il était prêt à leur accorder tout ce qu’ils pouvaient souhaiter. « Rendez-nous immortels, lui demandèrent alors les asuras, puisque rien n’est au-dessus de ton pouvoir, ô Brahma !

- Cela très exactement, je ne peux pas vous le donner, leur avoua le Père des créatures célestes, mais vous aurez au moins en partie ce que vous désirez, continua-t-il, car je vous bénis d'un sort divin : ni les dieux ni les hommes ne pourront vous mettre à mort... Plus encore, vous ne mourrez ni sur terre, ni de jour, ni de nuit ! »

Les frères, fiers de la grâce qu’ils venaient d’obtenir, ne firent qu’augmenter leur tyrannie. Ils inondèrent la terre de sang et de carnage, ils n’épargnèrent ni les dieux ni les sages les plus saints qui, même à l’abri dans des grottes reculées des montagnes, ne connaissaient plus la sérénité.

Touché des maux qu’avaient à endurer les dieux et les hommes, Vishnou voulut y remédier. Mais comme il savait que les frères démoniaques ne pouvaient être mis à mort ni par les dieux ni par les hommes, il décida, afin d'en venir à bout, de s'incarner en Narasima, une créature hybride et monstrueuse, mi-homme mi-lion dont la gueule vomirait des flammes ainsi que d’horribles rugissements et dont l'allure inspirerait la terreur.

Hiranyakashipu avait un fils nommé Pohilada, qui était aussi vertueux que son père était méchant. Pohilada était un fervent dévot de Vishnou ; il chantait sans cesse le nom de Krishna, son glorieux avatar. Un soir, indigné de la dévotion de son fils, le père se mit en colère. Alors que la lune se levait tout juste, il lui dit : « Qu’est-ce donc que ce Krishna dont tu ne cesses de dire du bien ? Sais-tu seulement où il habite et quelles sont sa famille et sa profession ?

- Ce Krishna dont vous parlez avec mépris, répondit Pohilada, c'est l’Être-Suprême ; il est partout et vit en toute chose ! 

- Balivernes ! répartit l’assura, Krishna, n’est qu’un pêcheur et un menteur ! Tout le monde sait bien qu'il fut élevé dans la maison du vacher Nanda Baba ! » Puis il ajouta d'un ton sarcastique : « Mais dis-moi, puisque tu es un de ses admirateurs, tu dois savoir où il réside à présent ce Krishna ! Montre-le-moi donc, que je l’immole sur-le-champ ! 

- Père, Cesse de blasphémer le divin nom de Krishna ! Je te le redis, Krishna est le maître du monde, c'est l’Être-Suprême, et même si nous ne le voyons pas, il est en vérité partout autour de nous !

- Puisqu’il est partout, il sera sans doute aussi dans cette branche ! », hurla de fureur Hiranyakashipu qui s'était saisi d'une bûche qu'il fracassa entre ses mains.

Les dernier rayons du soleil chatouillaient la Lune, ce n'était ni le jour, ni encore la nuit. C'est alors que sortit du bout de bois brisé Vishnou, sous la forme de Narasimha, « l'homme-lion ». Sachant que le géant ne pouvait être mis à mort sur la terre, la créature mi-féline mi-humaine le saisit et le jeta en l’air puis le récupéra en l'écrasant sur sa cuisse pour le déchirer en plusieurs pièces et délivrer par là même la Terre de la calamité du luxe et du confort superflu.

Narasimha contre Hiranyakashipu (mythe indien)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article