Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

JAMSHID contre le DRAGON (mythe perse)

Chronologiquement, ce récit fait immédiatement suite aux règnes de rois Houchang et Tahmuras.

*

La domination de la dynastie des Tahmuras sur l'Esprit du Mal et ses légions dura trente ans, après quoi Ahriman trouva un moyen de tromper sa vigilance. Ne pouvant supporter d’être asservi, lui qui était le grand tentateur et l’éternel insoumis, le démon fit preuve d'une grande malignité pour retrouver sa liberté. Il offrit des bijoux à la femme de Tahmuras pour gagner sa confiance, devint son ami et reçu la confidence suivante :

Au gré de leur voyage quotidien d'un bout à l'autre de la terre, Tahmuras n'éprouvait aucune peur à déchirer les nuages et à voler au-dessus des océans. Mais il existait un certain passage, entre deux aiguilles rocheuses séparées par un gouffre abyssal, durant lequel le roi des hommes ressentait un irrépréhensible vertige.

Fort de cette information qui serait pour lui la clé qui ouvrirait ses chaînes et lui rendrait sa liberté, Ahriman attendit le lendemain que le roi lui fasse emprunter ce passage qui lui faisait tant peur. Arrivé au-dessus du gouffre, sachant l'attention du roi perturbé par son vertige, Ahriman rua ; en conséquence, Tahmuras tomba dans le ravin. Ne laissant pas son corps finir sa course, Ahriman englouti son tyran et le digéra aussitôt.

Cependant, le démon ne l'avait pas encore évacué et se refusait à le faire. De fait, le cadavre du roi des hommes demeurait introuvable sur terre et donc ne pouvait pas recevoir les sacrements essentiels au bon départ de l'âme dans l'au-delà.

Jamshid, le fils héritier, que certaines traditions présentent comme le frère de Tahmuras, était donc très peiné de ne pas pouvoir lui offrir de rituel funéraire correcte. Il adressa donc ses prières à Sraosha, l'ange miséricordieux. Celui-ci apparu et lui dévoila un secret qui lui permettrait de terrasser la bête et donc de récupérer le cadavre de son père. Sraosha confia au nouveau roi des hommes le grotesque détail suivant : Ahriman aime deux choses plus encore que tout autre dans l'Univers : la musique et la sodomie. Sraosha lui annonça donc : « tu seras vainqueur du dragon et libéreras le corps de ton père, mais pour cela tu ne devras pas regarder le visage du Mal en pleine expression de sa haine. »

Jamshid se rendit auprès du monstre et chanta pour lui la plus belle des mélodies. Le dragon sous son charme, l'héritier de la couronne du monde proposa à la détestable créature une copulation anale. Ivre de désir, Ahriman sous la forme du dragon commença à se masturber de plaisir, et invita son nouvel ami à entrer en lui. Jamshid profita de l'occasion et enfonça son bras dans ses fesses pour en retirer le cadavre de son père. Ceci fait, il le déposa au sol et s'enfuit le plus rapidement possible.

Passant du désir au plaisir puis du plaisir à la souffrance et à la blessure, le démon hurla de douleur et s'élança à sa poursuite. Mais empêché par sa haine, il n'arriva pas à le rattraper. Plus encore, le désir, le plaisir et la jouissance se révoltèrent contre lui et le possédèrent à nouveau.

Enfin, plus fatigué par ses habitudes malsaines que par la difficulté de la course, le dragon renonça à poursuivre Jamshid et se laissa retomber au plus profond de l'Univers.

Jamshid collecta ce qu'il restait du cadavre de son père et le plaça au sommet d'une tour, afin que les vautours viennent s'en repaître. Il appela cette tour « la tour du silence » et ce rituel funéraire fut celui des mazdéens jusqu'à nos jours.

Alors qu'il refermait l'enceinte de la tour du silence, au milieu de laquelle les rapaces dévoraient le cadavre de son père, Jamshid aperçut avec horreur que l'un de ses bras était devenu putrescent. C'était celui qui était entré dans le ventre de Jamshid.

De jour en jour, la maladie prenait un tour plus inquiétant, évoquant la lèpre.

Jamshid coupa donc toute relation avec la société des hommes et s'en fut arpenter les montagnes et les déserts, vivant en ermite. Jusqu'au jour où une vache urina sur son bras malade et le guérit. Depuis, l'urine de vache est considérée par les Aryens comme un remède miracle, dont les reflets dorés sont littéralement composés de paillettes d'or.

JAMSHID contre le DRAGON (mythe perse)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article