Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

YAMA, le seigneur de la MORT (divinité indienne)

Yama

 

Yama, le seigneur de la mort

Yama est le dieu védique de la mort. Fils du soleil, frère de Yamuna, la rivière de vie et de Manu, le roi des hommes, il fut le premier homme à mourir. Il est donc considéré comme l'ancêtre de l'humanité1. Trois jours après sa mort, il ressuscita et devint le maître des mondes souterrains et de Yamaloka, le royaume infernal. Son arme favorite est le lasso, avec lequel il capture la vie des mourants.

Honore par l’holocauste le fils du Soleil, le roi Yama, le Seigneur de la Mort, lui qui traverse les grands abîmes, il est la voie et le rendez-vous des nations. Yama le premier nous indiqua le chemin que depuis nous suivons tous infailliblement. Cette route, nos pères l’ont parcourue avant nous et nous sommes nés pour aussi y marquer nos pas.

Hymne à Yama et aux Piters, Rig-Veda, 7, 6, 9. Trad. Langlois.

Dans un hymne du Rig-Veda, sa sœur Yami, incarnant la vie, est amoureuse de Yama (son frère), elle se languit de son absence du monde des vivants. Yama lui refuse pourtant l'accès de l'outre-monde, tout comme il refuse de la rencontrer sur Terre, jugeant son amour illégitime et immoral. Car Yama est Mara, littéralement « la Mort ». Il est le terrible gardien de la réalité, mais aussi celui qui juge les âmes des morts. Avec Bouddha, Ganesh et le Roi Singe (Sun Wukong en Chine, San Goku au Japon et Hanouman en Inde), Yama est une des divinités les plus largement représentées en Asie.

Yama n'est pas une divinité diabolique. C'est un souverain qui règne sur un purgatoire. C'est un déva à part entière que de nombreuses légendes présentent sous les traits d'un gourou, capable d'enseigner aux hommes la sagesse.

Ses serviteurs sont des démons yamadutas, qui se saisissent des âmes et les emmènent au naraka, le purgatoire hindou. Ces monstres anthropomorphes à têtes d'animaux accompagnent les âmes d'une vie à l'autre. Figures proches des diablotins ou des orques, ils sont les auxiliaires des enfers et torturent les âmes de ceux que Yama leur envoie. Ils sont choisis par Yama parmi les âmes des ancêtres qui ont fait preuve de repentance et de honte par rapport à leurs actes passés. Zélés, car ayant eux-mêmes souffert une éternité de leurs erreurs passées, les yamadutas sont donc assidus à faire souffrir les âmes des damnés dont ils ont la responsabilité, afin que leurs victimes regrettent à jamais tout le mal qu'ils ont infligé ou se sont infligé.

L'idée du purgatoire se retrouve aussi dans la tradition mazdéenne. C'est Hamistagan, que l'on retrouve largement décrit dans Le Livre d'Arda Viraf :

« Je vis les âmes de plusieurs personnes immobiles. Je demandai donc à Srosh qui ils étaient et pourquoi ils demeuraient ainsi. Srosh et l'ange Adar me répondirent alors : « cet endroit est appelé Hamistagan [l'immobile] et ces âmes restent ainsi immobiles jusqu'à ce qu'elles rejoignent un futur corps. Ce sont les âmes de ceux dont les actions positives et négatives se valent. Rapporte donc dans le monde des vivants qu'il ne faut pas laisser l'avarice et la vexation empêcher que se déroule une action, car celui qui possède à son compte plus de trois bonnes actions d'avances sur ses mauvaises va au ciel, ceux qui possèdent plus de mauvaises actions vont en enfer et ceux qui en ont trois ou autant, restent en Hamistagan jusqu'à ce qu'ils incorporent un nouveau corps. À part leur punition, qui est d'être exposés au froid et à la chaleur en fonction de l'évolution de l'atmosphère, ils ne connaissent pas d'autre adversité. » Arda Viraf, 6.

YAMA, le seigneur de la MORT (divinité indienne)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article