Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

SUN WUKONG, le roi des singes - hommage chinois à l'Inde

Le roman de Wu Cheng'en, Voyage en Occident, ayant été composé en hommage aux doctrines théologiques et mythologiques occidentales, il n'est donc pas étonnant de constater les nombreuses ressemblances entre Sun Wukong (« Conscience du Vide »), le roi des singes chinois et le général des singes hindous, protagoniste du Ramayana : le célèbre Hanuman. Ce roman est en effet le tribut, ou l'hommage, que rend la Chine à la mythologie et à la sagesse indienne.

Les deux singes ne naîtront pas roi mais le deviendront, réussissant même à devenir des divinités, dont l'immortalité fut reçue en cadeau des dieux. Si Hanuman possède aussi le pouvoir de voyager entre les mondes et de revenir de la mort, comme nous en témoigne le mythe de la bague perdue de Rama dans un lac, Sun Wukong est aussi capable de rejoindre le monde des morts et d'y poursuivre ses aventures, jusqu'à ce que son immortalité lui soit enfin garantie. L’épisode de Sun Wukong semant la zizanie à la table des dieux et s’enivrant de leur nectar n'est pas sans rappeler non seulement la colère du Rudra Védique, mais surtout Tantale dérobant l'ambroisie à la table de Zeus où il était invité (ce qui lui vaudra un châtiment éternel). Nous retrouverons aussi une trace de la mythologie perse dans ce mythe indochinois, car tout comme Mithra, Sun Wukong est né d'un rocher.

Autre détail, mais qui possède une grande importance, Sun Wukong se transforme en pin, un arbre par ailleurs associé à Pan et à Dionysos. Or, Hanuman est présenté parfois comme un avatar du dieu Shiva-Rudra, la Pashupati, le « maître de la nature », ainsi par un jeu d'analogie, Shiva, le pin et le roi des singes se retrouvent alignées sur une même perspective. Il n'est donc pas étonnant que Sun Wukong vive dans une grotte, évoquant en cela Shiva méditant au sommet du mont Kailash, à l'abri d'une caverne. Le sommet des montagnes est en effet dans la pensée indienne des lieux de médiation, des lieux proches du divin et où la vie se mêle à la mort, propice aux retraites spirituelles. Dans l’Himalaya, Hanuman est associé à la vallée d'altitude de l'Uttarhakand, nommée fort justement « la Vallée des fleurs. »

Le résumé que nous proposons des aventures de Sun Wukong est inspiré de celui proposé par Serge Papillon dans sa brillante étude Mythologie sino-européenne, parue dans le 154e numéro des Sino-Platonic Papers (2005). À ce résumé, nous avons ajouté des épisodes des aventures de Sun Wukong qui nous semblaient pertinents. La version littéraire originale de ce récit se trouve dans le roman de Wu Cheng'en (1500– 1582), Le voyage en Occident.

Sun Wukong, à la suite d'un coup de la foudre, naquit d'un œuf de pierre issu du mont des Fleurs et des Fruits [province du Jiangsu, sur la rive de la mer de chine]. Il était lui-même en pierre et son regard était étincelant, mais il perdit bientôt cet éclat et grandit avec le peuple des singes, dont il devint le roi. Il était doté d'un caractère chthonien, car il vivait dans une grotte cachée derrière les trombes d'une chute d'eau. Grotte qu'il avait conquise en enjambant un torrent rapide et qui servait aussi de lieu de vie pour l'ensemble du peuple des singes.

Cependant, malgré ses exploits, Sun Wukong avait peur de la mort, alors il entreprit de rechercher la voie de l'immortalité. Il trouva donc un maître du Tao qui lui donna son nom, « le singe qui avait conscience du vide ». C'est aussi grâce à ce maître spirituel qu'il put acquérir certains pouvoirs magiques, comme celui de se multiplier. Malgré tout, c'est par vantardise que Sun Wukong choisit de se transformer en pin, un arbre majestueux et si haut.

S’entraînant avec son maître, il connut 72 transformations, mais à chaque fois il gardait sa queue poilue, qui lui indiquait alors sa véritable nature. Entre autres pouvoirs, il pouvait devenir géant ou tout petit, en se transformant en insecte, tandis qu'avec ses poils et son sang il pouvait créer des clones de lui-même. Surpuissant, il pouvait faire face, seul, à une armée entière. Enfin, ses yeux avaient le don de clairvoyance, car il pouvait démasquer les démons et les foudroyer du regard.

De retour dans son royaume, il apprit que ses sujets étaient la proie d'un monstre qui les persécutait. Il combattit et vainquit le monstre, mais décida qu'il fallait qu'il ait sa propre armée afin de protéger son domaine. Aussi, de nouveau sur les conseils des singes aînés, il alla chercher toutes les armes qu'il pouvait à la frontière du pays et en équipa toute son armée.

Mais devenu Immortel, lui-même n'arrivait pas à trouver une arme qui soit à sa mesure ; les singes aînés lui proposèrent de se rendre au Royaume des Mers de l'Est où résidait un Roi-Dragon qui aurait certainement ce qu'il cherchait. Sur place, dans son Palais de Cristal, Sun Wukong contraignit le dragon à lui remettre ses meilleures armes. Aidé par sa femme et sa fille, le Souverain des Mers lui proposa le Pilier qu'utilisa jadis le Grand Empereur Yu pour combler la mer. Trouvant l'objet trop gros, il le fit rétrécir jusqu'à ce qu'il puisse le tenir en main, en faisant ainsi son arme favorite, le Bâton Cerclé d'Or.

Non content de ce larcin, Sun Wukong convoqua les trois autres Souverains des Mers et les força à lui remettre un casque d'or rouge à plumes de phénix, une cuirasse d'or, ainsi que des bottes merveilleuses brodées de perles pour marcher et courir sur les nuages. Ainsi, il pouvait sauter d'un nuage à l'autre et se déplacer à une vitesse extraordinaire, pouvant voyager plus de 54 000 km d'un seul bon.

Revenu chez lui, sur le rivage de la mer de Chine, le singe se lia d'amitié avec les six Rois-Fantômes, composés du roi des Buffles, du roi des Dragons sans Cornes, du roi des Oiseaux-Baleines, du roi des Lions, du roi des Gorilles et du roi des Singes Velus. Corne Unique, le roi des fantômes [Gui], devint aussi son allié.

Cependant, son comportement envers les Rois-Dragons leur fit porter plainte auprès de l'Empereur de Jade. Informé, l'Empereur de Jade voulut dépêcher immédiatement son armée pour punir l'insolent, mais plus résistant qu'il n'y paraissait, le Roi des Singes parvint à vaincre ses adversaires, les uns après les autres.

Alors, comme il provoquait tant de troubles sur Terre, le Seigneur du ciel l'invita à le rejoindre afin de le tenir sous surveillance. Il reçut alors le titre de Ministre des serviteurs, sa tâche étant alors de s’occuper des chevaux et des écuries divines. Ensuite, il fut nommé Grand Saint Égal du Ciel. Mais aucun de ses postes ne lui convenait, aucun ne lui semblant à sa mesure et Sun Wukong se sentait humilié.

On lui expliqua alors que les pêches célestes qui poussaient dans les jardins célestes prenaient des centaines d'années pour mûrir, et qu'elles procuraient l'immortalité à quiconque en mangeait ou en faisait un élixir. Ainsi, par malice et vengeance, lorsqu'il fut seul au milieu des pêchers, il dévora sans aucune retenue les plus beaux fruits.

Plus tard, il reçut la visite des Yunu, les suivantes de Xiwangmu, l'Impératrice du Ciel, qui étaient venues cueillir des pêches d'immortalité dans son jardin pour la grande fête donnée en l'honneur des plus grands Immortels du Ciel. Comme il n'était pas sur la liste des invités, il endormit les suivantes, se rendit à l'endroit du festin leurrer les serviteurs et s'y gava de tout ce qu'il pouvait y trouver. Ivre, il atterrit dans le palais de Laojun, à qui il vola des pilules d'immortalité que celui-ci réservait aux convives du Ciel.

Sun Wukong revint finalement chez lui après avoir dérobé quelques jarres de vin de rubis pour en donner à son peuple. Le festin qu'il organisa, auquel les singes et les seigneurs des soixante-douze cavernes participèrent, fut appelé l'Assemblée du Vin d'Immortalité. Son forfait provoqua l'intervention des troupes du Seigneur du Ciel, notamment des trente-six Ducs du Tonnerre. Il les repoussa, prenant contre les Leigong la forme d'un être à trois têtes et six bras.

À la suite d'une joute oratoire qu'il perdit, le singe fut enfin capturé par un gourou et ses disciples. Sun Wukong fut alors soumis à toutes les exécutions possibles, mais sans aucun résultat. Laozi proposa alors de l'enfermer dans son Four aux Huit Trigrammes afin de lui retirer ses pouvoirs à jamais et le détruire.

Quarante-neuf jours plus tard, on rouvrit le four et le singe qui s'y était caché en surgit soudainement, résolu à se venger, décidé à tout saccager dans le Ciel. Enragé, il fut confronté à Bouddha qui le défia de quitter la paume de sa main. Vexé, le Roi des Singes releva le défi et perdit ; le Grand Éveillé retourna sa paume et enferma le maudit Singe entre ses cinq doigts qu'il transforma en montagne.

Enfin vaincu et enfermé sous le mont des Cinq Éléments par le Bouddha Shakyamuni, prisonnier d'un coffre de pierre, le singe rebelle purgea ainsi 500 années de captivité, nourri de pilules de fer et abreuvé de jus de bronze fondu par les Esprits du lieu, jusqu'à ce qu'un moine vienne le délivrer et en fasse son disciple. Il devint alors le compagnon de route du moine voyageur Xuanzang et l'accompagna dans son voyage vers l'ouest et l'Inde, à la recherche des textes sacrés du bouddhisme.

Hanuman
Hanuman

Hanuman

SUN WUKONG, le roi des singes - hommage chinois à l'Inde
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article