Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

La prière au corbeau sacré (Prière KAILASHA)

Nous reproduisons ici la prière au corbeau sacré chantée lors du festival de Lagaur (Pakistan), traduit depuis l'anglais et un texte de Augusto S. Cacopardo (Université de Florence) : Texts from the Winter Feasts of the Kalasha of Birir. On y retrouve le thème de la paternité et de l'espoir en la naissance d'un enfant mâle, cher aux sociétés patrilinéaires. (Du fait de l'influence linguistique et culturelle musulmane, les Kailashas nomment Dieu « Allah », mais les Kailashas ne suivent ni l'islam, ni ses préceptes, ni ses prophètes.)

 

Rends-nous prospère grâce à une grande progéniture,

Viens à nous ô petit corbeau

Pourvois-nous du plus grand des bonheurs, viens ô petit corbeau

Donne-nous la satisfaction, viens ô petit corbeau

Apporte-nous le bouc sacrificiel, viens à nous, viens ô petit corbeau

Multiplie la population de notre village, viens ô petit corbeau

Apporte l'autel en métal et son trépied, viens à nous, ô petit corbeau

Apporte-nous la mâle énergie, viens ô petit corbeau

Le fils de ma sœur ne peut plus marcher, viens ô petit corbeau

Tiens la souffrance éloignée de nous, viens ô petit corbeau

Apporte-nous la santé, viens à nous, viens ô petit corbeau

Prie Allah pour nous, viens ô petit corbeau

Apporte les graines d'orge en aval des rivières, viens ô petit corbeau

Augmente notre population, viens ô petit corbeau

Tiens éloigné de nous l'anxiété, viens ô petit corbeau

Fais que nos vies soient longues, viens ô petit corbeau

Fais que nos enfants soient des gens bons, viens ô petit corbeau

Pourvois nos frères d'un premier né qui soit un garçon, viens ô petit corbeau

Satisfais les aspirations des âmes, viens ô petit corbeau.

La prière au corbeau sacré (Prière KAILASHA)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article