Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Les lieux de pèlerinage de l'hindouisme

Les centres de pèlerinage hindous – les Sapta Puri

Il existe en Inde sept centres de pèlerinage sacrés, qui sont nommés les Sapta Puri. Il s'agit de Mathura et Dwarka, où Vishnou est vénéré sous la forme de Krishna, de Haridwar, Varanasi et Ujjain, où l'on vénère Shiva, de Kanchipuram, où l'on vénère Parvati, et d'Ayodhya, la première ville du monde, où Vishnou est adoré en tant que Rama. Malheureusement, suite aux conquêtes musulmanes qui ravagèrent le sous-continent et à cause du génocide humain et culturel qui en résulta, le temple de Rama d'Ayodhya fut jadis rasé pour que soit construite à la place une mosquée. De fait, il n'existe pas d'hindou qui ne rêve de voir la mosquée rasée et le temple de Rama reconstruit... Ce qui ne manqua pas de causer des tensions graves entre les communautés religieuses, à travers des siècles d'une cohabitation difficile, nourrie d'humiliations réciproques.

Quant aux autres divinités, voici quelques-uns des lieux qui leur sont consacrés : Brahma est adoré à Pushkar, dans le Rajasthan, Surya, la divinité solaire est adorée à Konack, près de Puri, Manu est adoré dans une grotte située dans les Himalayas, à proximité de Manali, Lakshman est adoré dans un petit village des Himalayas qui enjambe le Gange, à proximité d'Haridwar et Hanuman est adoré à Hampi, où une empreinte de ses pieds demeure encore de nos jours imprimés dans la roche. Si le complexe de temples d'Hampi est encore de nos jours sacré et visité par de nombreux pèlerins, en 1565 les musulmans, comme il est de règle en pays conquis, l'ont réduit à l'état de ruine (l'empire hindou de Vijnayagar, rebelle au despotisme islamique, en avait fait sa capitale.)

Quant aux déesses, elles sont adorées dans les Pithas, les lieux de pèlerinage du shaktisme dont la légende raconte qu'ils seraient nés du corps de Sati.

 

Les hauts lieux du vishnavisme : les Divya Desams

En Inde, les temples dédiés à Vishnou sont les plus nombreux, et 108 d'entre eux possèdent le titre de « Divya Desams », qui sont les principaux centres de pèlerinage du vishnavisme. Les plus importants d'entre eux sont situés dans le Gujarat, à Dwarka, la ville où est mort Krishna, dans la vallée du Gange à Ayodhya, la capitale depuis laquelle régna Rama sur le monde, au Bengale, à Puri et à Calcutta, dans l'Himalaya à Badrinath, et dans le pays tamoul à Trivandrum et Madurai.

 

Les Pithas, hauts lieux de pèlerinage du shaktisme

Par ailleurs, il existe 180 Shakti Pithas. 18 d'entre elles sont les plus importantes :

À Trincomalee, sur l'île de Lanka, où la légende raconte que sont tombées ses cuisses, Shakti est adorée sous la forme de Dévi.

À Hoogly, au Bengale, où est tombé son estomac, Shakti est adorée sous la forme de Dévi, la Grande Déesse, aussi appelée la Terre-Mère.

À Draksharamam, dans le sud du pays, où est tombée sa joue gauche,

À Jawalamukhi, dans l'Himalaya, où est tombée sa tête,

À Prayang, à quelques dizaines de kilomètres de Varanasi, où sont tombés ses doigts, Shakti est adorée sous la forme de Dévi.

À Kanchi, dans le pays tamoul, où est tombé son dos, Shakti est adorée sous la forme de Kamakshi.

À Hoogly, au Bengale, où est tombé son estomac, Shakti est adorée sous la forme de Shankari Shrinkala Dévi.

À Mysore, où sont tombés ses cheveux, Shakti est adorée sous la forme de Chamunda.

À Lampur, dans le pays Télougou, où sont tombées ses dents supérieures, Shakti est adorée sous la forme de Jogulamba.

À Srisailam, en Andra Pradesh, où est tombé son cou, Shakti est adorée sous la forme de Parvati, la fille d'Himavat, le roi des montagnes et l'allié de Shiva.

À Kolhapur, dans le Maharashtra, où sont tombés ses yeux, Shakti est adorée sous la forme de Lakshmi, la compagne de Vishnou.

À Mahur, près de l'ermitage du rishi Atri, là même où est né son fils Dattareya, où est tombée sa main droite, Shakti est adorée sous la forme de Rénuka, la femme du rishi Jamagdani, qui sera mise à mort par son propre fils Parashurama, le sixième avatar de Vishnou.

À Ujjain, où est tombée sa lèvre supérieure. Shakti est alors adorée sous la forme de Kali, la terrible maîtresse de l'Univers, la sinistre compagne du temps ravageur (Kala).

Sur la colline de Kamakhya, en Assam, où est tombé son sexe, Kali est aussi adorée. Là, dans le parc qui entoure le temple, vivait jadis un couple de chaque espèce d’animaux sauvages se reproduisant dans la région. Il y a encore quelques siècles, quand le grand rituel de Kali était mené au sommet de la colline de Kamakaya, ces couples étaient sacrifiés, afin que le sang abreuve l'immense langue de Kali. Au temple Kamakhya de Guwahati, on trouvera des sadhus de la tradition aghori dédiés principalement au culte de Kali, ce qui est assez rare pour être remarqué, car les sadhus sont dans leur très grande majorité des shivaïtes.

À Pithapuram, où est tombée sa main gauche, Shakti est adorée sous la forme de Puruhutika.

À Jajpur, à côté de Puri, où est tombé le nombril de Sati, Shakti est adorée sous la forme de Durga, qui est la déesse formée du pouvoir de toutes les autres déesses.

À Gaya, dans le Bihar, où sont tombés ses seins, Shakti est adorée sous la forme de Gauri.

À Varanasi, où est tombé son poignet, Shakti est adorée sous la forme de Vishalakshi.

Enfin, c'est à Calcutta, ville où Kali et Durga sont si présentes dans les pratiques religieuses, qu'est tombé l'anneau que Sati portait au pouce du pied droit.

Tous ces temples sont encore en activité, sauf le temple de Sharada, au Cachemire, où est tombée la main droite de Sati. Jadis centre universitaire et théologique important du foyer aryen, après avoir subi un millénaire d'occupation musulmane du Cachemire, le temple est aujourd'hui en ruines suite à maintes destructions par ses conquérants. Shakti y était alors adorée sous la forme de Sarasvati, la déesse du savoir et de la connaissance, compagne de Brahma (à l'aube des temps, Sarasvati s'incarna sur Terre sous la forme d'un fleuve à présent disparu mais qui coulait il y a encore cinq mille ans entre l'Indus et le Gange, dans l'actuelle région du Rajasthan. Mentionné par les plus anciennes traditions védiques, le fleuve Sarasvati aurait disparu à la suite d'un asséchement de la région, qui deviendra dès lors le désert du Thar.)

Les lieux de pèlerinage de l'hindouisme

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article