Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Les visions de la VOLVA (récit cosmogonique scandinave)

Une volva est une voyante, une prophétesse, qui pratique le seidr, sorte de chamanisme pratiqué par les femmes initiées de l'Europe nordique. Le seidr se pratique à l'extérieur sur une sorte de plate-forme en bois, devant une assistance qui chantait des incantations destinées à créer une ambiance propice à la voyance.

 

Dans son récit cosmogonique, la voyante des Scandinaves décrit en ces termes la création du monde. On retrouve le rôle central de la vache primordiale, qui chez les hindous prendra le nom de Kamadenyu, ou Surabhi, la vache qui est la mère de toutes les vaches qui vivent sur Terre et dont découlent tous les bienfaits de l'Univers.

 

Extrait de Voluspa, dans Codex Regius (v. 1270), traduction française inspirée par Régis Boyer, et complétée par une citation de la même œuvre par Edith Hamilton dans La Mythologie.

*

« Je demande à tous silence, les grands et les humbles, faites silence, parents de Heimdall, gardien d'Asgard. Selon la volonté d'Odin, je vais raconter les chants des hommes, les plus anciens dont je me souviens.

Je me rappelle des géants de ces temps primordiaux, car ce sont eux qui m'ont donné naissance autrefois. Je me rappelle aussi les neuf univers et le glorieux arbre du monde, Yggdrasil, alors encore profondément sous terre.

C'était des temps anciens, alors que vivait Ymir. Il n'y avait rien : ni sable ni mer, ni vagues froides, pas de terre, ni ciel au-dessus, mais un large gouffre, et nulle herbe.

Ni sable, ni mer, ni vagues froides. Ni terre, ni ciel non plus. Seul existait l'abîme béant. Le soleil ne connaissait pas sa demeure et la lune ignorait son royaume. Les étoiles n'avaient pas trouvé leur place.

C'est alors qu'une vache magique, Audumla, lécha la glace qui entourait Ymir, puis à force de lécher la glace, dégagea aussi Bor, le premier homme.

D'abord les fils du géant Bor ont haussé les terres, puis créé Midgard, le monde matériel. Dessus, ils firent pousser un poireau magique, première de toutes les herbes.

Ensuite, le soleil apparut au sud, suivit de la Lune, qui ne connaissait pas encore son pouvoir, ni où se trouvait sa demeure. Les étoiles non plus ne connaissaient pas leur place.

Les dieux, assemblés en conseil, donnèrent leurs noms à la lune croissante et à la nuit, puis nommèrent le Matin, le Midi, l'Aube et le Crépuscule gardiens du temps.

Enfin, les dieux réunis dans les plaines toujours vertes où ils avaient vécu avant que le monde ne soit structuré, élevèrent sanctuaire et ferme, et établirent une forge à forger les bijoux, puis façonnèrent des pinces et forgèrent des outils.

Jouant aux dames dans les bosquets des vergers du paradis, les dieux étaient heureux, quand trois géantes vinrent loger dans leur demeure.

Les dieux tinrent une nouvelle fois conseil, afin de savoir ce que devaient façonner les nains avec le sang d'Ymir. Motsognir devint dès lors le roi des nains, puis Durinn le suivit sur le trône. Sous les ordres de Durinn, les nains façonnèrent grâce à la terre de nombreuses formes humaines.

Cependant, ces êtres n'avaient ni force ni destinée, pas plus qu'ils n'avaient de souffle, de sens, ni de sang. Nul son ils ne percevaient et nulle couleur n'avait leur vie. Odin leur donna le souffle vital, Haenir les sens, Lothur le sang et les couleurs de la vie.

Je voudrais à présent rendre hommage à un frêne qui s’appelle Yggdrasil. C'est un arbre très haut, aspergé de blanche boue. C'est de lui que proviennent les rosées qui tombent sur les vallées. De lui sont aussi originaires les trois jeunes filles qui se nomment les Nornes. Elles vivent sous l'arbre, agrippant son tronc et le gravant de leurs ongles, ce sont Urdh, Verdhandi et Skuld. Ce sont elles qui établirent les lois qui orientent les existences, car aux fils des temps, elles énoncent le destin. L'une représente le passé, l'autre le futur, et la troisième le présent. »

Les visions de la VOLVA (récit cosmogonique scandinave)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article