Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

La maison du soleil (mythe KAILASHA)

Ce mythe, nommé parfois « la ville dans le ciel », est peut-être le plus connu de la tradition kailasha. Il nous est parvenu grâce aux travaux de Morgenstierne, qui en 1929 recueillit ce mythe depuis la bouche d'un ancien prêtre de l'ancienne religion du Nuristan. Enfin, pour recomposer ce mythe, nous citerons une nouvelle foi les travaux de Robertson, Jettmar, N.J Allen, Buddruss et surtout Max Dashu (Goddesses of the Kalasha, disponible sur sourcememory.net).

Le thème de la disparition du soleil et de sa retenue comme prisonnier d'un monstre est commun au monde indo-européen (cf. Indra libérateur des vaches célestes). Celui des démons réfugiés dans une ville suspendue dans les airs rappellera quant à lui le mythe shivaïte de Sripura, la triple ville volante, que Shiva détruira avec une unique flèche chargée de toute l’énergie de l'Univers.

*

Il n'y avait ni soleil, ni lune. Il faisait très sombre. Un démon avait capturé le Soleil et la Lune et les détenait prisonnier dans sa maison. Le dieu Mandi se changea alors en garçon, puis se présenta devant la mère du démon et entra à son service. Mais Mandi était incapable d'ouvrir certaines portes. Il essaya, il appuya sur toutes les portes, pour enfin réussir à en ouvrir une. À l'intérieur, il aperçut une cascade, le soleil, la lune et un cheval. Il mit alors le soleil sur son épaule droite, la lune sur son épaule gauche, puis il monta sur le cheval pour s'en revenir chez lui. C'est alors que le monde obscur devint clair.

Le démon se mit à sa poursuite, mais Mandi lui coupa les sept têtes, puis cacha son cadavre dans la forêt. Imra lui demanda ensuite de partager le Soleil et la Lune avec le reste du monde. Alors Mandi mena les astres au sommet du ciel et leur ordonna de tourner en cycle. Ensuite, Imra créa les hommes, puis donna aux hommes le bétail, leur enseigna la vérité, puis monta au ciel pour y disparaître.

Plus que la libération du soleil, les dieux voulaient le contrôle du palais solaire lui-même, car y demeurait, pensaient-ils, un abominable démon, dont la mort aurait sauvé l'Univers.

Alors qu'il remontait la vallée, Mandi rassembla autour de lui les dieux, ainsi que la déesse Disni. À mi-chemin, ils s'assirent et discutèrent de la manière d'attaquer la palais solaire, puis ils reprirent la route. Au sommet d'une montagne, au plus près du ciel, ils trouvèrent une maison dans laquelle vivait une vieille femme. C'est elle qui instruisit Mandi sur la manière de rendre visible la corde qui suspendait le palais du soleil entre le ciel et la Terre.

La vielle lui confia aussi que la maison du soleil était habitée par de puissants démons ; sept frères, nommés les dizanos. Ceux-là étaient riches, car ils disposaient du soleil et de la lune, mais aussi d'or, d'argent, d'eau et de nombreux champs bien irrigués et cultivés.

Cependant, lorsque Mandi revint vers les dieux, il ne put leur raconter ce que la vielle lui avait dit, car il avait mystérieusement tout oublié. Trois fois la même situation se passa : trois fois il se rendit chez la vielle et trois fois il en revint confus. Un autre dieu dû s'y rendre avec lui et comme il fut témoin des mêmes paroles mais ne les oublia pas, il put enfin confier à l'assemblée des dieux ce qu'ils devaient faire pour éradiquer le démon qui occupait la maison du soleil.

La première tentative des dieux pour faire tomber cette demeure fut un échec, car bien qu’ils lui aient lancé de très nombreuses flèches, celles-ci ratèrent leur cible car le palais des démons avait des murs en fer, retenus à la voûte céleste par des cordes invisibles.

Les dieux demandèrent alors à la déesse Disni de semer des graines qui germeraient et se récolteraient très rapidement. Puis ils battirent ces plantes pour en séparer l'ivraie, de sorte qu'il émanait d'elles une poussière blanche. Laquelle s'amoncela en nuage, puis se déposait sur les fils qui retenaient le palais du démon.

Imra lui-même confectionna des flèches à doubles tranchants, capables de transpercer le cuivre, l'argent, l'or et le fer. Puis les arcs lâchèrent leurs flèches et le palais de fer devint un palais de farine, et s'effondra en quelques instants.

Pourtant, même tombé au sol et bien que les dieux se soient jetés contre elles avec force, ses portes ne s'ouvraient toujours pas. C'est alors que Disni proposa à Mandi de regarder ses douces et blanches cuisses… Ce qui ne manqua pas d'exciter le dieu qui d'un bon défonça la porte et de sa dague, massacrera les sept démons qui s'y étaient réfugiés.

La maison du soleil (mythe KAILASHA)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article