Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Merlin Merlot (conte breton)

Merlin, Merlot est un conte du 13e siècle. À cette époque, il n'existe plus aucun druide en France, leur tradition s'est tarie et Merlin n'est plus qu'un mythe déjà archaïque. Cependant, le mythe littéraire de Merlin a encore des beaux jours devant lui. Merlin, inspiré probablement d'un druide gallois ayant vécu au milieu du premier millénaire de notre ère, fut d'abord une figure à rapprocher de celle de Taliesin. Il est un prêtre breton, que l'amour de la justice et de la vérité rapproche du christ. Il est un prophète, un visionnaire, un magicien, mais qui jamais ne se prétend au-dessus de Dieu ou du Fils de l'homme. Figure centrale du Cycle du Graal, il est le sage celte qui accepte la foi nouvelle et enrichit encore son message.

Dans Merlin, Merlot, le plus célèbre des hommes des bois n'est pas seulement prisonnier, mais il est aussi délaissé et humilié. Bien que toujours capable de réaliser des miracles, il n'est plus honoré ni révéré. Ce conte nous propose alors une seule morale pour deux interprétations : le paysan pèche par son orgueil et son manque de reconnaissance envers « Dieu »... mais reste à savoir si Merlin est l'allégorie du dieu des chrétiens, ou plutôt une sorte de fantôme, ultime avatar de Cernunnos qui reviendrait hanter l’inconscient collectif des peuples de la Gaule :

Récit raconté par G. Paris dans Contes et récits extraits des poètes et prosateurs du Moyen Âge.

*

Il y avait jadis un pauvre homme qui nourrissait à grand ‘peine sa femme et ses deux enfants en allant chaque jour, avec un petit âne qu'il avait, couper des branchages qu'il vendait à la ville. Un jour d'hiver, il faisait si froid qu'il ne put même manier sa serpe et qu'il lui fallut cacher ses mains transies dans son vêtement. Il s'assit alors au pied d'un arbre et se mit à pleurer :

« Hélas ! dit-il, que ma vie est dure ! Si Dieu voulait me faire une grâce, c'est la mort qu'il m'enverrait. »

Comme il se lamentait ainsi, il entendit une voix qui l'appelait par son nom. Il regarda de tous côtés et ne vit personne. Qui m'appelle ? dit-il en tremblant.

_ C'est moi, Merlin, qui vis dans le bois et qui ai pitié de toi. Je te rendrai riche pour le reste de tes jours, pourvu que tu ne te montres pas ingrat, et que, te souvenant toujours que tu as été pauvre, tu aies pitié des malheureux. Rentre chez toi. Sous le pommier qui est au bout de ton jardin tu trouveras, en creusant la terre, un grand trésor. Fais-en bon usage, et n'oublie pas, chaque année à pareil jour, de revenir ici me parler. »

Le vilain, le cœur plein de joie, rentra chez lui, menant son âne sans l'avoir chargé. Quand sa femme le vit venir ainsi, vous pouvez croire qu'elle ne lui fit pas bon accueil :

« Fainéant ! malheureux ! lui dit-elle, de quoi vivrons-nous, tes enfants et moi ?

_ Tranquillise-toi, femme. Un peu de patience, et nous n'aurons plus de soucis. »

Et il lui raconta ce qui lui était arrivé. Ils prirent chacun un pic et creusèrent sous le pommier. Bientôt ils trouvèrent le grand trésor et l'emportèrent dans leur maison.

Ils ne changèrent leur manière de vivre que petit à petit, pour ne pas faire trop parler les gens. Le vilain continua d'abord d'aller au bois tous les jours, puis il n'y alla plus qu'une fois la semaine, puis une ou deux fois par mois, et enfin cessa d'y aller, vendit son âne et vécut en bourgeois, Il acheta des maisons en ville et des champs aux alentours, et bientôt il fut entouré d'amis et de parents qu'il ne s'était jamais connus. Il ne songeait qu'à vivre à son aise et ne se souciait guère des pauvres.

Chaque année, cependant, il ne manquait pas d'aller au bois et de rendre compte à Merlin de ses succès :

« Monseigneur Merlin, lui disait-il, je suis, grâce à vous, riche et heureux.

_ Bien, répondait la voix ; pense à ma recommandation. »

Une fois il vint au bois et appela son bienfaiteur :

« Sire Merlin, j'ai à vous demander une chose. Je voudrais être prévôt de la ville.

_ Va, tu le seras d'ici un mois ; mais n'oublie pas ce que je t'ai dit.

Au bout d'un mois, en effet, il était nommé prévôt. Il ne fit pas bon usage de son pouvoir : il le mit au service des riches et des puissants, il opprima les petits et les faibles. Il en est souvent ainsi : celui qui est venu de plus bas est le plus orgueilleux et le plus dur.

Après quelque temps, le jour étant revenu de sa visite au bois, il s'y rendit avec une nombreuse suite à cheval, et, faisant arrêter ses gens à la lisière, il entra dans le bois et vint à la place habituelle :

« Merlin ! dit-il, es-tu là ? J'ai besoin de te parler.

_ Qu'y a-t-il ? dit la voix. N'es-tu pas satisfait ?

_ Je ne me plains pas pour ce qui me regarde ; mais c'est de mes enfants qu'il s'agit. Mon fils a étudié, il lit dans les livres latins, il a maintenant vingt-cinq ans, et je voudrais qu'il fût évêque de la ville à la place de celui qui vient de mourir. Ma fille est d'âge à se marier ; je voudrais qu'elle épousât le fils du seigneur qui possède le plus grand fief du pays.

_ C'est bien, je t'accorde tes deux demandes ; mais pense à toi. »

Il partit sans songer à autre chose qu'aux bonnes fortunes qui allaient encore lui échoir. Bientôt après, on élisait son fils évêque, et le fils du seigneur demandait la main de sa fille. On fit de grandes fêtes pour ces deux événements, et l'orgueil du vilain enrichi ne fit que croître.

Un jour il dit à sa femme :

« C'est demain le jour où, suivant la coutume, je dois aller au bois trouver Merlin ; c'est vraiment une sotte corvée. Je n'ai plus besoin de ce Merlin ; n'est-il pas inutile de me déranger ainsi pour rien ?

_ Sire, lui dit sa femme, allez-y encore cette fois, et dites-lui que c'est la dernière, et que vous en avez assez de ces visites. »

Le lendemain il se leva, mit son plus riche costume et, accompagné de ses gens, se dirigea vers le bois. Il y entra tout seul, et cria :

« Eh ! Merlot ! Je t'attends. Viens vite, je suis pressé de rentrer chez moi. »

La voix lui répondit de dessus un arbre :

« Que me veux-tu ? Ton cheval a failli m'écraser, tant tu t'avances sans précaution.

_ Je suis venu prendre congé de toi et te dire que je ne peux vraiment pas me donner la peine de venir si souvent aussi loin de chez moi. Je n'ai plus rien à te demander : adieu !

_ Ah ! vilain, vilain, tu ne plaignais pas ta peine quand tu venais chaque jour ici avec ton âne charger du bois pour gagner ton pain ! J'ai mal employé mes bienfaits. Tu m'appelais d'abord monseigneur Merlin », puis tu m'as dit sire Merlin », puis « Merlin » tout court, et maintenant c'est « Merlot » : tu trouves même au-dessous de toi de me donner mon vrai nom. Tu as été ingrat envers moi et dur envers les autres ; tu ne t'es pas rappelé que tu avais été pauvre, tu as méprisé et maltraité ceux dont tu aurais dû adoucir le sort. Va-t'en : je n'ai plus rien à te dire, mais sache que tu tomberas aussi bas que tu étais monté haut. »

Le vilain ne se troubla guère des menaces de la voix. Il rentra chez lui et dit à sa femme qu'il en avait fini avec ces visites humiliantes. Mais bientôt les malheurs commencèrent à fondre sur lui. Ce fut d'abord sa fille qui mourut, et comme elle ne laissait pas d'enfants, toutes les grandes richesses qu'il lui avait données allèrent à son mari et furent perdues pour lui. Puis son fils l'évêque fut convaincu de mauvaise conduite et d'ignorance et honteusement déposé.

Enfin le prince auquel appartenait la ville y vint pour chercher à rassembler quelque argent à cause d'une guerre qui l'obligeait à de grandes dépenses. On lui dit que le prévôt avait plus d'or et d'argent que tous les banquiers de Cahors ; il le fit venir devant lui et lui demanda ce qui en était.

L'autre dit qu'il ne possédait rien, et le prince, qui savait à quoi s'en tenir, jura, puisqu'il mentait ainsi, qu'il ne lui laisserait rien en effet. Il fit vendre ses maisons et ses terres, saisir ses trésors, et le jeta lui- même en prison, l'accusant de l'avoir trompé dans sa gestion des deniers publics.

Quand il sortit de là, il ne lui restait pas de quoi prendre un seul repas ; ce fut en vain qu'il s'adressa à ceux qui l'avaient entouré et flatté du temps de sa fortune : tous le repoussèrent, et les pauvres gens virent dans sa chute une punition d'en haut. Il fut bien heureux, ayant amassé quelques deniers à force de travail et de privations, de pouvoir de nouveau acheter un âne. Il retourna chaque jour au bois et usa ainsi péniblement sa vie, puni de son ingratitude, de son orgueil et de sa dureté de cœur.

Merlin Merlot (conte breton)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article