Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Un roi sans fils (conte KAILASHA)

Le récit suivant fut narré en 1997, par Babi, conteur de Kraka (Chitral), puis transcrit et traduit en anglais par Nabaig, Taj Khan et Jan Heegard Petersen, pour Kalasha texts – With introductory grammar, de Jan Heegard Petersen.

 

La maison du vieil anthropophage

Il était une fois un roi qui n'avait pas encore eu la chance d'avoir un fils. Cette triste situation lui donnait bien du souci, de sorte qu'il vieillissait plus tôt que prévu. Par ailleurs, ce roi n'avait qu'un cheval et ce cheval n'avait pas eu non plus de portée.

Un jour, vint à lui un magicien, auquel le roi s'adressa en ces termes : « je vieillis et malheureusement je n'ai donné naissance à aucun enfant... » C'est alors que le magicien prit deux pommes pour les donner au roi en lui disant : « que toi et ta femme mange chacun une moitié de la première pomme, et donnez l'autre à votre cheval, ainsi il obtiendra une progéniture. Quant à ta femme, elle donnera naissance à deux fils. Une fois ces deux fils nés, le premier à avoir vu le jour me reviendra, quant au plus petit, vous le garderez pour vous. » Ayant dit ces mots, le magicien disparut.

Le roi rentra chez lui et y demeura neuf mois complets sans sortir, suite à quoi sa femme accoucha des deux enfants. Ensuite, afin de les dérober aux regards du monde, le roi et la reine les enfermèrent dans une pièce solidement verrouillée. Longtemps ces deux enfants restèrent ainsi reclus, grandissant ainsi jusqu'à ce qu'ils atteignent leur puberté, tandis que leurs parents veillaient à ce qu'ils reçoivent une bonne éducation.

C'est alors que le fourbe magicien vint réclamer son dû au roi : « Apporte-moi sans tarder mon fils, dit-il au roi, car c'est aujourd'hui que je l’emmène ! »

Sans un mot, la tête baissée, le cœur lourd de tristesse, le roi s'effaça devant lui pour s'en aller chercher son fils dans ses appartements. Cependant, au lieu de lui présenter le premier des fils, il remit le plus jeune entre les mains du magicien. Sans douter un instant de la fourberie, le magicien déclara tout net : « Celui-ci n'est pas mon fils ! Mon fils est plus costaud ! Et bien plus beau ! Fais-le donc venir au plus vite ! »

Ces cruelles paroles prononcées, le roi s’effaça à nouveau en baissant la tête pour apparaître à nouveau avec à ses côtés le même fils, mais qu'il essaya de faire passer cette foi pour son frère jumeau. « Cesse donc de te moquer de moi et apporte-moi sans plus tarder mon véritable fils ! Tonnait le terrible magicien. Il est tant que je reparte et que l'emporte avec moi. » N'ayant plus d’échappatoire, le roi s'en fut parler avec le fils concerné, qui fit preuve d'une grande sagesse et il se prépara à suivre l'étranger, n'emportant avec lui qu'un cheval et une épée. Avant de partir, il eut ces quelques paroles pour son frère : « si tu vois du sang apparaître sur la lame de ton épée, alors viens me porter secours. » Ceci dit, le magicien et l’aîné des princes dirent adieu à la petite famille royale et prirent la route qui menait vers le lointain.

Le magicien mena son protégé jusqu'à sa demeure, bâtie non loin d'une source de miel, puis il lui dit : « mon fils, c'est ici que tu vas vivre, alors nourrit toi de miel. Quant à moi, je dois m'absenter quelques instants pour aller aux toilettes... Voici donc les clés de ta nouvelle demeure. Elles ouvrent les sept pièces, et je t'autorise à toutes les ouvrir, sauf une. C'est la seule règle à suivre. » Ayant dit ces mots, le magicien s'éloigna pour s'enfoncer dans un bosquet.

S'aventurant dans la maison, le jeune homme ouvrit une première porte : il y avait dedans une très vieille et très faible femme. « D'où viens-tu ? Lui demanda-t-elle.

- Le vieillard, mon père, m'a ramené avec lui, répond-il.

- Va-t’en, ton père le magicien va bientôt revenir et il ne doit pas te surprendre ainsi. Demain, ton père devra une nouvelle fois s'absenter, cette foi pour une durée de cinq jours. Alors, tu viendras me voir et je te dirai un truc. »

Cette étrange discussion prit fin abruptement et c'est dans sa propre chambre que le jeune homme se retira pour recevoir le magicien, déjà de retour. Voyant son fils installé dans ses quartiers, il lui dit : « à présent, fils, es-tu grand et fort ? 

- Sans aucun doute, lui répondit son fils, car à présent je n’évacue plus que du miel ! »

à l'écoute de ces paroles, le magicien fut grandement satisfait et il ajouta : « je dois encore m'absenter, car je viens de comprendre que si je ne pars pas dès à présent, je serai en retard. Mais rassure-toi, je rentrerai sans tarder. »

Dès lors, le jeune homme se précipita dans la chambre de la vieille dame. « Tu ferais bien d'ouvrir cette pièce », lui dit-elle en désignant une porte dans le couloir.

- Je ne l'ai jamais encore ouverte, répondit le jeune homme. Qu'y a-t-il à l'intérieur, et pourquoi devrais-je m'y intéresser ?

- Ce que tu ne sais pas, lui confia alors la vieille, c'est que le vieillard qui t'a amené ici ramène avec lui bien d'autres enfants innocents, et qu'après les avoir engraissés, il finit toujours par les manger. C'est dans cette pièce qu'après avoir tué ses victimes et dévoré leur chair, il entrepose comme trophée leur tête. Or, cette pièce est tellement remplie de crânes qu'elle ne pourra plus en accueillir de nouveau après le tien. Quant à moi, le magicien m'a un jour capturée puis menée ici de force, mais comme j'ai toujours refusé de manger de la chair humaine, j'ai dépéri et me voilà vieille et faible. Ainsi, comme je suis, il ne m'a pas mangée, mais m'a cachée dans ce rebut où je me tiens prostrée. D'ailleurs, si je survis, ce n'est qu'en mangeant des oiseaux, quand ceux-ci sont assez inconscients pour s'approcher trop près de moi. Écoute-moi bien : quand ton père va revenir, il mettra au centre de la maison une grande marmite à sept poignées, puis il allumera un feu en dessous, puis la remplira d'eau qui bientôt bouillonnera. Alors, il te dira : « danse, mon fils, danse donc pour ton père. » Alors tu lui répondras : « ô mon père, comment le ferais-je si je n'ai jamais appris à danser ? Je suis apparu au monde il y a si peu... Mon père m'a enfermé dans une chambre toute mon enfance, de sorte que je ne connaisse personne ni ne sache rien. Mais je t'en prie, père, montre-moi comment l'on danse et ainsi j'apprendrai de toi. » Alors, sans aucun doute, tu verras le vieillard se mettre à danser devant toi... Laisse-le donc se démener, puis une fois ses gesticulations terminées, c'est toi qui le pousseras dans la marmite d'eau bouillante. Tu verras comment il se mettra à geindre ! « Non, non, épargne-moi, je ne te mangerai pas » criera-t-il ! Mais tu ne l'en sortiras pas, et au contraire tu le laisseras mourir. Ensuite, tu écorcheras son cadavre, tu broieras ses os et tu apporteras cette poudre dans la pièce dont je t'ai parlé, là où sont entreposés les crânes et tu y jetteras les cendres, afin que les enfants ressuscitent. »

Quelques jours plus tard, revint le magicien. « Comment te portes-tu, demanda-t-il à son fils, as-tu grandi ? T'es-tu engraissé ? »

- Oui père, j'ai grossi et pris du muscle ! Répondit-il. »

Puis, comme la vieille femme l'avait prédit, le vieillard installa sa marmite au milieu de la pièce et y mit le feu après l’avoir remplie. « J'ai dans l'idée de faire une compote, dit-il au jeune homme, alors j'ai mis des fruits dans la marmite mais la mixture devra bouillir de longues heures. Ainsi, danse donc, cher enfant, afin que le temps nous paraisse moins long. »

La réponse que lui adressa le jeune homme fut alors tout à fait inspirée par les conseils de la vieille dame, de sorte qu'après avoir confessé son ignorance de la pratique de la danse, il demanda au vieillard de lui donner une leçon afin qu'il puisse s'en inspirer. « D'abord vous dansez, je vous regarde, et ensuite je danserai pour vous, promis ! » dit-il alors au magicien.

Ensuite, tout se passa comme l'avait préconisé la vieille : le magicien dansa, puis s’essouffla, fut poussé dans la marmite, s'y ébouillanta et y mourut très rapidement. Ceci fait, son cadavre baigna des heures dans le liquide en ébullition, de sorte que ses graisses se sont dissoutes et que ses os finirent par se séparer de leur chair. Le jeune homme collecta alors les os, les réduisit en poudre, les dispersa et les enfants revinrent à la vie.

Ils étaient près de 80 à se dresser devant celui qui les avait libérés : « que pouvons-nous faire pour toi ? » lui demandèrent-ils. « Je n'ai rien fait, leur dit-il alors, ce qui vous est arrivé l'est par la grâce de Dieu. » Alors les enfants regagnèrent leur famille et leur domicile.

Quant à la vielle prisonnière, elle rajeunit en quelques instants, redevenant jeune et belle, puis, voyant que notre jeune héros s’apprêtait lui aussi à s'en retourner, elle s'écria : « où vas-tu ? Épouse-moi ! Si tu vis à mes côtés, tu auras de la place, n'y a-t-il pas sept chambres dans cette maison ? »

« Soit, je reste » dit le jeune homme...

Les faucons, le monstre marin et le lion

… Mais je dois pour l'heure m'absenter car je dois quelque peu voyager, » ajouta-t-il, avant de s'en aller sur le dos de son cheval.

Sur son chemin, alors qu'il longeait des falaises qui s'enfonçaient dans un vaste océan, il aperçut le nid d'un faucon, dont la femelle donnait chaque année naissance à une portée, mais une fois que les oisillons étaient en âge de voler, un monstre marin les dévorait dès qu'ils sortaient du nid. « Chaque année, notre mère nous donne naissance, mais à chaque fois le monstre finit par tous nous massacrer » lui confièrent les oisillons désespérés.

« Ne vous en faites pas, je m'en vais l’abattre ! » leur assura notre jeune héros, qui sans attendre, vit apparaître devant lui l'ignoble créature, qui n'était autre qu'un gigantesque dragon. Le monstre volait à toute vitesse en direction du nid, la gueule grande ouverte prête à engloutir toute la portée d’un seul coup de mâchoire. Cependant, il en fut bien sûr empêché par l'épée de notre jeune héros, qui sans hésiter se plaça en travers de son chemin et découpa la bête en deux morceaux qui tombèrent inertes au sol, libérant ainsi les oisillons de sa menace.

Tandis que la maman des faucons revenait le bec chargé de nourriture, elle aperçut notre jeune héros et se dit « voilà donc un homme près de mon nid, je m'en vais le dévorer ! » Et elle fonça sur lui du plus profond du ciel et l'aurait transpercé de son bec si ses bébés n'étaient intervenus en criant : « maman ! Ne fais pas ça ! C'est grâce à lui si tu n'as plus à craindre les attaques du monstre marin qui depuis tant d'années dévorait tes enfants ! » Entendant cela, le faucon fut au comble de la joie et proposa au jeune homme de lui rendre un service en échange de son acte héroïque. « Je n'ai pas besoin que tu me rendes un service, lui dit-il, car je ne suis que de passage et je ne me connais comme motivation que le goût du voyage. D'ailleurs, il est temps que je reparte ! »

« Dans ce cas, lui répondit le faucon, un de mes fils va te suivre, et il te sera entièrement dévoué et fera tout ce que tu lui demandes. » Puis le jeune homme reprit la route, à cheval et accompagné de son nouvel ami le petit faucon.

En chemin, ils croisèrent un lion qui s'était fait prendre la patte sous un arbre tombé sur lui. Immobilisé et incapable de se sortir de ce mauvais tour, ses deux lionceaux lui apportaient la nourriture qu'ils allaient chasser pour lui dans la forêt environnante. Voyant passer notre jeune ami, le lion s'adressa à lui plein d'espoir : « hé ! Jeune homme ! Je t'en supplie libère-moi, et en échange je ferais tout ce que tu veux. »

Le garçon, qui n'était plus innocent ni naïf, lui répondit : « Si je te libère, tu me mangeras ! »

« Non, je t'assure que je ne te mangerai pas ! » tenta de le rassurer le lion. Mais pour s'en assurer, il alla chercher dans la forêt un bout de bois qu'il jeta dans la gueule du lion en lui disant : « c'est d'accord, je vais te libérer, mais en te bougeant la patte je vais te faire très mal, alors mords dans ce bâton au lieu de me mordre moi, car je sais que tu es un lion et que tu n'as pas l'habitude de vivre en prisonnier. »

Ces paroles prononcées, il s'empara d'une autre branche et fit levier avec pour séparer l'arbre du membre blessé, et ainsi libérer le lion. Celui-ci, comme prévu, eu si mal durant l'opération, qu'il mordit le bois qu'il avait dans la gueule jusqu'à le broyer complètement. C'est à ce moment précis que ses deux lionceaux revenaient de leur chasse et virent le petit humain s'activer ainsi sur leur père hurlant de douleur. Sans attendre, ils se précipitèrent sur le garçon pour le massacrer, mais leur père les en empêcha en leur révélant que celui qu'ils allaient déchirer de leurs griffes n'était autre que son sauveur. Alors, tout le monde fut content et calmé, et pour le remercier, le lion lui confia un de ses fils, qui aussitôt se mit à son service. « Il fera tout ce que tu lui demanderas » assura le lion, tandis que le garçon, son cheval, le faucon et le lionceau s'enfonçaient dans la forêt, à la recherche de nouvelles aventures.

Le petit groupe traversa des contrées sauvages, il gravit les sommets des montagnes et monta si haut que les villages en bas dans les vallées ne ressemblaient plus qu'à des petites fourmis. Là-haut, le garçon installa son hamac, s'allongea dedans et se laissa ballotter par le vent, son cheval à ses côtés, ainsi que son faucon et son lionceau.

Quelque temps, l'aîné du petit roi sans descendance, lui qui avait parcouru tant de pays et vécu tant d'aventures, demeura là, se promenant de jour dans les alpages et retournant dormir la nuit dans son hamac.

L'homme à la vilaine pelure

Or, le jour que choisit ce jeune homme pour redescendre et continuer son chemin, fut aussi le jour choisi par un roi de la vallée pour marier ses trois filles. Celui-ci leur avait dit : « voici trois fleurs, une pour chacune d'entre vous. L'homme que vous toucherez avec cette fleur deviendra votre mari ! » Puis il avait organisé un festival et convié à un festin tous les célibataires du pays pour leur annoncer ce qu'il avait déjà dit à ses filles.

La plus jeune d'entre elles avait aperçu les jours précédant le jeune homme qui dormait au sommet de la montagne dans un hamac. Elle l'avait vu se rendre au marché du village et remonter tout aussi vite vers les hauteurs. Elle avait aussi remarqué qu'avant d'entrer en ville, l'étrange jeune homme prenait soin de se cacher sous une peau de bête malade, de sorte qu'on ne puisse le reconnaître. Son ravitaillement effectué au bazar de la ville, celui-ci cachait sa triste pelure puis remontait dans la montagne sans tarder.

Sans hésiter, la plus jeune des princesses se dirigea vers cet homme recouvert d'une vilaine peau de bêtes et dit d'un ton irrévocable : « voici mon mari ! »

Le roi entra dès lors dans une colère folle : « tu viens de toucher avec ta fleur un homme qui a la peau malade ! Tu m'as déshonoré ! Moi qui suis un homme si respectable ! Tu es la plus belle de mes filles, et tu as pourtant choisi un bien mauvais mari ! »

Ceci dit, il fit mener sa plus jeune fille et le mystérieux étranger dans une grange à bestiaux, tandis qu'il logea ses deux autres filles et ses deux autres gendres dans l'aile du palais réservé aux invités.

La nuit venue, le roi donna ses instructions à ses plus fidèles serviteurs : « Allez les espionner, et rapportez-moi ce qu'ils se diront. » Ce que tous firent promptement, pour s'en revenir à la fin de la nuit tout raconter à leur maître. « Ils ne se sont rien dit d'intéressant du tout », dit celui qui avait écouté la plus âgée des filles et son nouveau mari. « Il en va de même pour moi », dit celui qui avait espionné la cadette.

Cependant, celui qui avait été en charge d’espionner l'étable avait entendu quelque chose d'intrigant... C'était l'homme à la peau malade qui avait parlé, et il avait dit : « si demain ton père nous envoie à la chasse, alors nous en profiterons pour nous échapper ! »

« Pourquoi ne les enverrais-je donc pas chasser ? » se demanda le roi, dont l'idée de se débarrasser de ce gendre dont il avait honte ne lui déplaisait pas. « Oui, se disait-il, demain je vais donc l'envoyer chasser, ce gendre qui me semble avoir la langue trop pendue. »

Le lendemain, comme prévu il envoya le couple chasser. Le garçon mena donc sa nouvelle femme au sommet de la montagne, là où il vivait avec ses animaux et son hamac. Avant de rejoindre les hauts alpages, il retira sa peau de bête malade et la cacha avec soin, puis se rhabilla avec ses propres vêtements.

Il s'adressa ensuite à son faucon et à son lion : « allez donc me chercher deux faisans ! Et une foi que cela sera fait, effrayez tous les autres animaux de sorte qu'ils s'enfuient de l'autre côté de la montagne Khonjigaw et qu'on ne puisse plus les trouver dans cette vallée. » Et tandis que ses amis les animaux chassaient pour lui, il passa du bon temps avec sa femme la princesse. Après quelque temps, les animaux revinrent avec leurs proies et le garçon les noua au bout de son propre bâton comme s'il les avait chassés lui-même, et le couple reprit le chemin de la vallée, le garçon revêtant la pelure sale avant d'entrer au village.

Cette même journée, les deux autres gendres avaient eux aussi été envoyés chasser en forêt, mais dardaient les derniers rayons du jour qu'ils n'avaient toujours pas de prise. De retour devant le roi, ils lui dirent : « malgré tous nos efforts, nous n'avons malheureusement rien car un homme revêtu d'une peau de bête malade nous causa de nombreux problèmes... et à cause de lui nous n'avons pas trouvé de faisan. »

En entendant leur parole, l'homme à la pelure leur montra, à eux comme au roi, les deux faisans qu'il gardait dans les mains, et dit : « voici les deux faisans que j'ai chassés, ils sont propres et bons, prenez-les donc ! » Puis, il prit l'anneau qu'il portait à son doigt, le rougit dans des braises, puis imprima une marque sur les fesses des calomniateurs, qui s'enfuirent en pleurant. Puis, ayant évidé les faisans, il repartit avec sa femme et les viscères des oiseaux dans l'étable dans laquelle il se devait de vivre.

Avec les viscères, ils cuisinèrent un ragoût, qu'une fois prêt la fille s'en alla servir à son père. Mais avant cela, elle prit soin de glisser dans le plat une bouse de vache.

Après s'être régalé du repas, son père le roi dit enfin : « voici qui était délicieux, cet homme à la peau malade et avec sa femme, c'est certain, ils savent faire à manger ! » Et quand enfin le roi mit dans sa bouche les excréments, il s'emporta contre sa fille !

« Que veux-tu, père, lui rétorqua-t-elle, tu nous as ordonné de vivre dans une grange, il est donc tout à fait possible qu'une bouse soit tombée dans le plat que nous cuisinions pour toi ! » Pour y remédier, le roi ordonna donc qu'on déplace le couple de l'étable à l'écurie, où vivait l'unique âne qu'il possédait et qui figurait à lui seul tout le trésor royal.

La seconde nuit de noces approchant, il convoqua ses serviteurs et leur ordonna de faire comme la nuit précédente et de s'en aller espionner ses filles et gendres. De même que la nuit d'avant, il ne se passa rien de bien inintéressant, sauf que l'homme à la pelure malade demanda à sa princesse si le lendemain, le roi allait encore leur demander d'aller chasser.

Le roi, se demandant pourquoi son gendre voulait encore chasser, envoya donc ses trois gendres en forêt une nouvelle fois. Alors, comme la veille, l'homme à la pelure quitta la vallée avec sa princesse et regagna les sommets de la montagne après s'être dévêtu de son déguisement repoussant. Ensuite, il donna l'ordre au lion et au faucon de chasser pour lui deux markhors, suite à quoi il leur demanda d'effrayer les autres chamois de sorte qu'ils s'enfuient par-delà la montagne de Khonjigaw afin qu'aucun d'eux ne devienne la proie d'un autre chasseur dans la vallée.

De retour auprès du roi, les deux autres gendres se plaignirent amèrement de n'avoir rien trouvé, car leur traque avait été fatigante et aucun d'eux n'avait attrapé le moindre animal, tout en ayant abîmé leurs chaussures. Enragés, ils déclarèrent au roi : « si nous pleurons, c'est de dépit, car nous sommes partis deux jours pour chasser et malgré nos efforts nous n'avons rien trouvé. » Ce à quoi leur répondit l'homme à la vilaine pelure : « voici deux markhors, prenez-les donc ! »

Alors, une nouvelle fois, ce mystérieux personnage retira sa bague, la rougit dans le feu, puis imprima une marque sur la peau des markhors, avant de les offrir aux chasseurs malheureux. Ces derniers emportèrent chez eux les animaux et en firent un repas qui fut servi au roi le soir même. Cependant, cette nuit-là, le roi leur imposa de déménager dans des quartiers plus humbles, car il était attristé de les voir sans cesse échouer. Ensuite, comme chaque soir, le roi demanda à ses serviteurs d'espionner ses gendres et à la fin de la nuit, ceux-ci lui rapportèrent que l'homme à la vilaine peau espérait que le roi donne une partie de polo pour le lendemain. « Ce type atteint d'une si vilaine maladie de peau ne cesse de dire n'importe quoi, et si c'est ce qu'il veut, alors je vais les faire jouer au polo ! »

Ainsi, le lendemain matin le roi réunit ses proches et les invita à jouer au polo. « Je m'en vais chercher mon cheval au sommet de la montagne, dit alors le garçon caché sous une pelure à sa femme. Et alors, je reviendrai habillé de mes propres vêtements pour jouer... Cependant, il se passera quelque chose alors que nous jouerons, ajouta-t-il. Pour mon premier coup, je vais frapper la balle qui finira sa course sur les genoux de ta plus grande sœur. Alors, celle-ci me rendra le ballon. Ensuite, mon second coup l'enverra sur les genoux de ta sœur cadette, qui elle aussi me le renverra. Enfin, pour mon dernier coup j'enverrai le ballon sur tes genoux, et alors tu me le renverras toi aussi. » Ces paroles terminées, le mystérieux garçon s'en alla vers les sommets en quête de son cheval.

Arrivé à sa cachette, il revêtit ses propres habits, monta sa propre monture, puis redescendit dans la vallée. Ce matin-là, tous les habitants du royaume s'étaient réunis pour assister au spectacle, mais aucun d'eux ne reconnut notre jeune héros sans son déguisement. Dès qu'il eut la balle, il la frappa pour qu'elle se loge sur les genoux de l’aînée des princesses, laquelle lui rendit la balle avec un sourire, car pensait-elle, cet inconnu était fort beau et bien fait. Frappant la balle une seconde fois, il l'envoya cette fois sur les genoux de la cadette, qui la renvoya aussitôt.

Quant aux deux autres gendres, ils ne pouvaient jouer car leur blessure aux fesses leur faisait trop de mal et leur interdisait tout simplement de monter à cheval, et quoi qu'ils fassent ils en éprouvaient une douleur immense.

Enfin, pour son troisième coup, le joueur mystérieux envoya la balle sur les genoux de la plus jeune et de la plus belle des princesses, et alors il devint évident pour toute l'assistance que celui-ci n'était autre que son mari le nouveau prince habituellement recouvert d'une vilaine peau de bête. En fin de compte, il remporta la partie à lui seul, les autres n'étant même pas capables de marquer un seul but.

Le roi, très satisfait d'avoir offert à son peuple un spectacle d'une telle qualité, célébra le vainqueur comme il se devait, et après avoir délogé les deux gendres de leur quartier, de les envoyer vivre dans les écuries, tandis qu'il proposa à sa plus jeune fille et à son mari de loger à présent dans un endroit prestigieux et luxueux du palais, réservé aux invités de marque. « À présent, annonça-t-il à son gendre, je te considère comme mon véritable beau-fils ! Si je ne t'ai pas considéré de prime abord, ajouta-t-il, c'est que tu avais de graves problèmes de peau ! » Et ainsi, dans la joie et la bonne humeur, tous vécurent au palais.

Le jeu des cinq cailloux

À l'arrière du palais royal, il y avait une petite pièce dans laquelle vivait une vieille hindoue. Or, quand cette femme jouait au jeu des cinq cailloux, elle transformait en pierre quiconque perdait la partie.

Notre jeune héros se rendit donc chez elle, mais sa femme la princesse tenta de le dissuader en ces termes : « n'y va pas, lui dit-elle, des dangers te guettent... » Mais son mari ne voulut pas l'entendre et s'y rendit pourtant. Bien évidemment, il perdit sa partie et fut transformé en pierre, ce qui fit beaucoup pleurer la princesse, qui s’assit aux pieds de la statue et se lamenta.

Au même moment, bien loin de la vallée du roi aux trois princesses, bien loin de la montagne de Khonjigaw, le frère de notre héros constata que son épée se tachait de sang et il en conclut que son aîné avait besoin d'aide. « Qu'a-t-il pu arriver à mon frère, se dit-il, car c'est certain qu'il est en ce moment même en danger et que je dois lui porter secours ! »

Après avoir beaucoup enquêté et voyagé pour retrouver son frère, il arriva enfin au seuil de la maison où vivait la redoutable hindoue. Elle n'eut pas de difficulté à le reconnaître, car il ressemblait fort à celui qu'elle avait transformé en pierre. « Jeune homme, lui dit-elle, tu m'as quittée en me promettant de revenir vite, et je ne te vois réapparaître que si tard ! Où étais-tu donc passé ? » Entendant ces mots, le jeune frère acquis la certitude que son frère était passé par là. Cependant, il ne laissa pas paraître son émotion et passa devant la vieille semblant ne pas lui prêter d'attention. Plus loin sur son chemin, il croisa un faucon, lequel s'approcha de lui et lui dit : « eh bien, tu ne me reconnais pas ? Un de mes enfants ne t'a-t-il pas jadis rendu service ? »

« Non », lui répondit simplement le jeune homme, de plus en plus certain de se rapprocher à chaque pas de son frère.

« Dans ce cas, reprit le faucon, emporte avec toi un autre de mes fils, qu'il t'aide lui aussi dans ta quête. » Puis le jeune homme et l'oiseau continuèrent leur voyage. Bientôt, ils rencontrèrent un lion, lequel crut reconnaître le garçon et lui dit : « jeune homme, mon fiston te fut-il donc utile ? »

« Non » répondit encore le jeune homme. Alors, le lion lui confia la garde de son autre fils, afin que celui-ci l'aide dans sa quête.

Enfin, le petit groupe arriva au sommet d'une montagne et remarqua un campement laissé à l'abandon, avec un hamac et quelques animaux qui attendaient leur maître qui ne revenait pas. Le plus jeune des frères fut une nouvelle fois persuadé que son aîné avait occupé ce lieu il y avait encore peu.

Il s'en retourna donc au village en bas dans la vallée et se rendit à la maison de la femme de son frère. Le voyant entrer dans sa demeure, sa belle-sœur fut saisie de stupeur et d'émerveillement. Incapable d'articuler le moindre mot, comme à l’accoutumée elle cuisina du riz, puis elle en servit dans un bol qu'elle plaça devant lui. Aussitôt celui-ci dégaina son épée, la plaça au milieu du bol et lui dit : « si tes mains franchissent la limite figurée par cette épée, je te tuerais. » Puis ils mangèrent ensuite chacun la partie du bol qui lui était destinée.

Le repas fini, ils allèrent se coucher dans le lit, mais une fois encore le frère dégaina son épée et la jeta au milieu du lit en disant : « si ton voile franchit cette ligne, je te tuerais. »

Le lendemain matin, au plus tôt il voulut se rendre chez la vieille sorcière hindoue, mais sa belle-sœur, pensant qu'il était son frère, tenta de l'en empêcher en lui disant : « la première fois que tu t'es rendu chez cette femme, qu'as-tu mangé pour en avoir été si transformé ? Or à présent voilà donc que tu y retournes ? » Entendant ces mots, le jeune homme n'eut plus de doute, son frère s'était rendu chez cette magicienne.

Au moment où il s'apprêtait à entrer dans la maison de la vielle, une souris s'introduisit dans sa manche, mais cela ne l'empêcha pas d'entrer et de passer un peu de temps avec elle. Quand enfin ils en vinrent à jouer au jeu des cinq pierres... que bien sûr, la magicienne s’apprêtait à remporter, comme à chaque fois. Cependant, cette fois-ci, au moment où le frère jouait son dernier coup, la souris sauta de sa manche et influença le trajet du caillou, qui tomba sur la bonne case et eut pour conséquence la défaite de la sorcière. « Tu as perdu, allez, va-t’en vite réparer tout le mal que tu as fait ! »

Or, cette femme avait tant transformé d'homme en statue de pierre, que sa maison était pleine à craquer d'ossements et de crânes. Acceptant sa défaite, la sorcière jeta alors des gravillons sur les statues, qui dès lors revinrent à la vie. Reconnaissant, les nombreux jeunes hommes ressuscités célébrèrent le plus jeune des frères et lui demandèrent : « comment pouvons-nous te remercier ? Demande-nous tout ce que tu veux ! »

« Je ne vous demande aucun service en échange, vous êtes libres, par la grâce de Dieu, alors partez ! Je ne suis venu que pour retrouver mon frère. »

C'est alors que son frère apparut devant lui, mais celui-ci, comprenant que son cadet avait couché dans le lit de sa femme, se dit aussitôt « il a dormi chez ma femme, ils ont dû beaucoup parler tous les deux... » et saisi de jalousie, il tua son frère qui venait de la sauver.

Ceci fait, il s'en retourna chez lui, s'assit, puis sa femme vint le servir, malgré son immense gêne mêlée à de l'émerveillement. « Comment se peut-il, se demandait-elle, qu'il puisse aller et venir comme ça, se faire changer en pierre puis s'en retourner comme si de rien n'était ? » Ainsi, elle ne savait que lui dire ni quelle attitude adoptée face à tant d'étrangeté.

Après avoir cuisiné le riz, elle le servit et ils le mangèrent. Un bol, puis un autre. En silence, sans qu'un seul mot ne soit prononcé. Enfin il se décida à parler : « qu'as-tu fait la nuit dernière ? » demanda-t-il.

« La nuit dernière je t'ai servi du riz, lui dit-elle, puis tu as mis ton épée au milieu du bol et tu m'as dit que tu me tuerais si j'avançais mes mains par-delà. »

Entendant ces mots, le jeune homme demeura pensif et finit son repas sans prononcer un mot. Au moment de se coucher, il lui demanda pourtant : « qu'as-tu fait la nuit dernière ? »

« Tu as mis ton épée au milieu du lit, lui dit-elle, et tu m'as promis de me tuer si je ne respectais pas cette barrière mise entre nous. »

C'est alors que l'aîné des frères se dit en lui-même : « Mon frère n'avait pas fauté ! Et moi, je l'ai tué pour rien ! » Puis il se leva et s'empressa de rejoindre le cadavre de son frère, sur lequel il pleura toute la nuit en gémissant. Soudain un sorcier [illusionniste] apparut et lui dit : « jeune homme, pourquoi pleures-tu ? »

« J'ai tué mon propre frère, lui répondit-il. Je m'en viens donc sur son corps le pleurer et me plaindre de l'avoir tué ! Pourquoi l'ai-je tué ? » hurlait-il la voix noyée de larmes.

C'est alors que le magicien eut pour lui ces paroles réconfortantes : « tu ne l'as pas tué, car il était arrivé à son terme, sa graine était passée, et la mort ne fit que le prendre par tes mains. À présent tu connais le secret des choses. »

« Quant à moi, lui demanda l'aîné, combien d'années me reste-t-il à vivre sur Terre ? »

- Cinquante » lui répondit le sorcier qui avait le don de clairvoyance.

- Alors divise mon temps pour que mon frère vive 25 années de plus. »

« Qu'il en soit donc ainsi » assura le sorcier, qui jeta un sort sur le cadavre, qui en un instant s'éveilla, s'étira, bailla, puis ouvrit les yeux. « Qu'est-ce que j'ai bien dormi ! Pourquoi m'as-tu réveillé ? » demanda-t-il à son frère.

« Mon frère, tu ne dormais pas, lui dit-il alors. Je t'avais tué, et puis je t'ai ressuscité... Car pour toi, j'ai divisé le nombre des années qu'il me reste à vivre sur Terre ! »

Ils se rendirent alors ensemble à la maison de l'aîné, et y séjournèrent longtemps. Puis le plus âgé demanda à son beau-père le roi aux trois filles, la permission de se rendre au royaume de son père, le roi sans fils. « Nous devons rentrer, notre père et notre mère nous manquent... » le roi leur offrit alors de très nombreux présents, puis il leur dit adieu, et ils partirent, sur les ailes du faucon.

Sur le chemin du retour, ils visitèrent à nouveau la sorcière mangeuse de petit garçon qui était redevenu une jolie jeune fille, et qui depuis le départ du frère aîné attendait son retour. Celui-ci étant à présent accompagné d'une princesse, il fut convenu, comme elle avait beaucoup attendu, de la marier avec le frère cadet.

Durant leur absence, leurs parents avaient bien vieillis, mais en les voyant arriver, ils rajeunirent. Pour célébrer leur retour, furent organisés des festins durant lesquels on but beaucoup, puis les deux frères s'installèrent pour toujours au pays de leur père.

Un roi sans fils (conte KAILASHA)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article