Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Hommages à SHIVA

On trouve certains des plus beaux hommages à Shiva dans la littérature dravidienne. En témoigne cet extrait du Tirumantiram de Tirumular :

Lumineux comme les rayons du soleil, les cheveux tombant sur ses épaules, Shiva est celui qui est adoré par l'univers mais qui lui-même ne vénère personne. Sans pareil, sans égal, il était déjà là à l'aube du monde, quand germa la graine qui donna l'arbre à souhait.

De même que dans une mélasse qui aurait vu bouillir du musc et de l’ail, l'odeur du musc surpassera toujours la vile odeur de l’ail, ainsi dans l'univers les choses se mélangent pour former un tout au-dessus duquel domine l'amour émanant de Shiva. C'est pourquoi ses fervents disciples l’appellent le Père, car il rayonne en chaque existence dont il est à l'origine. Lui qui a vu mourir un nombre incalculable de dieux et naître sur terre des myriades d'existences humaines, il est l'amour suprême et c'est avec son troisième œil qu'il éclaire les ténèbres dans lesquelles nous nous débattons. C'est lui qui crée la vie et la mort depuis le sommet de l'univers, depuis le Kailash, la montagne illuminée d'éclairs où grondent les tonnerres et fleurissent les bourgeons parfumés.

Ainsi, aussi loin que se porte le regard, aussi haut que s'aventure l'esprit, il ne se trouve aucune puissance qui ne soit plus puissante que Shiva, qui soit à la fois le nuage et la pluie, l'effort et sa récompense. C'est lui qui mit en mouvement l'espace infini et insuffla la vie dans le cosmos, et toutes les choses que l'esprit humain a tant de mal à saisir, il est l'acteur et le témoin. Gardien des piliers qui soutiennent les sept mondes, plus haut même que le septième ciel depuis lequel il s'étend sur l'univers, Shiva est le foyer, le soleil et la lune, mais aussi la mère qui allaite l'univers par la pluie. Des montagnes, il est le sommet enneigé et des océans, il est la banquise. Il est l'être qui ne pense pas mais qui connaît toutes nos pensées.

Pourtant, rares sont ceux qui connaissent sa véritable puissance, car il est le maître du démon illusionniste Maya, lui-même à l'origine de toutes les illusions à travers lesquelles vit l'humanité. En effet, rares sont ceux qui savent combien il est glorieux, Shiva qui est plus chaud que le feu, plus rafraîchissant que l'eau de source, plus innocent qu'un enfant et encore plus aimable qu'une mère, Shiva qui est l'amour incarné. Douter de lui, perdre la maîtrise de soi, voici l'origine des faiblesses humaines. Mais pour ceux qui se donnent entièrement à lui, Shiva est un guide qui se tient à l’écart, mais qui entre partout. Pour l'humanité dont il est amoureux, il s'est incarné et exprimé en Brahma, en Vishnou, de même qu'en chacun de ceux qui vivent en se soumettant au Dharma, la loi éternelle, divine et sans limite de la justice cosmique.

Dans sa grande mansuétude, à l'origine de toute l'existence, au confluent des sept vallées, sur les hauteurs de l'Indus, là où dans l'air flottent des senteurs épicées et parfumées, Shiva fonda les premières cités de l'humanité, au-dessus desquelles il installa en guise de trône une lune, depuis laquelle il aime à regarder toute sa création. » Tirumular, Tirumantiram, payiram.

 

Le texte suivant est composé à partir d'extraits du Tirumantiram de Tirumular (depuis une trad. anglaise de B. Natarajan), et du Soundarya Lahari de Shankara.

Si Shiva n'est pas un être matériel mais de pensée, à bien des égards il peut être comparé à un saint. Partout il est chez lui et, comme une feuille dans le vent, comme un cerf-volant, il parcourt le monde en virevoltant, se posant parfois quelque part pour y répandre la force, la vie et l'amour. Il est le vent dont la vie a besoin.

La vie commence ; elle dure un temps puis c'est le départ ; entre temps, dans ce flux momentané d’énergie, Shiva est celui qui révèle les mystères de la vie. C'est en l'honorant que les dieux eux-mêmes prennent conscience de leur mortalité. Mais dans le cœur de Shiva ne résonnent ni les prières des divinités ni celles des hommes, car c'est un puits sans fond où règne le plus assourdissant des silences.

Foyer éternellement flamboyant, il est ce qui compose les planètes ainsi que l'espace qui les sépare... Mais même pour ceux pour qui la mort est devenue futile, sa gloire ne sera jamais totalement révélée ni comprise.

Au-delà du Passé et du Présent, commence donc l'empire de Shiva qui est la toute puissante semence de l'univers. Absolument toute chose est une incarnation de lui-même y compris les déjections et le moindre grain de sable. Éternellement jeune, sans commencement ni fin, il est la mesure du temps, le départ de toute chose, la lumière qui scintille depuis le trône de lotus où siégea Brahma lors de la création du monde.

Hommages à SHIVA

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article