Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Glossaire des sanskritistes, orientalistes, indianistes, spécialistes des études indo-européennes, germaniques, celtiques, slaves et médiévales

Glossaire des folkloristes, sanskritistes, orientalistes, indianistes

et autres spécialistes des études indo-européennes, germaniques, celtiques, slaves et médiévales

(liste non exhaustive ne mentionnant que les auteurs cités dans notre étude)

 

A

Ampère, Jean-Jacques (1800-1864) est un historien français, spécialiste du Moyen Âge et professeur au Collège de France, conservateur de la bibliothèque Mazarine, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres et de l'Académie française. En 1841, il voyagea en Orient avec Prosper Mérimée (Naples, Malte, Syros, Athènes, Éphèse, Magnésie, Sardes, Smyrne puis Constantinople et Rome).

 

Andersen, Hans Christian (1805-1875) est un écrivain danois, célèbre pour ses contes, qui popularisèrent le style littéraire du court récit folklorique. Parmi ses contes les plus célèbres, citons La Princesse au petit pois (1835), La Petite Sirène (1835), Le Vilain Petit Canard (1842) et La Reine des neiges (1844).

 

Anglade, Joseph (1868-1930) est un philologue et romaniste français, spécialisé dans l'étude de la lyrique des troubadours. Il est connu notamment pour avoir fait adopter le terme de langue occitane ; qu'il appelle dialectes occitaniens, parlers occitaniens, langues occitaniennes ; à la place de langue provençale. Il publie de nombreux ouvrages sur l’occitan, les troubadours et leur histoire, dont une Grammaire de l'ancien provençal, et fonde un Institut d'études méridionales, dont le Centre de ressources occitanes et méridionales est aujourd'hui l'héritier. » Wikipedia. Professeur de langue et de littérature méridionales à l'université de Toulouse.

 

Aubailly, Jean-Claude (1935-1993) est un spécialiste de la littérature médiévale. Professeur à l'Université de Montpellier et à celle de Perpignan.

 

B

Ballin, Louis élève d'Hippolythe Fauche, sous-inspecteur des forêts à la retraite, continuera la publication du Mahabharata, mais ne l'achèvera pas.

 

Basset, René (1855-1924) est un orientaliste et professeur d'arabe, directeur de l’École supérieure des Lettres d'Alger, correspondant de l'Institut, membre des Sociétés asiatiques de Paris, Florence et Leipzig et membre de la Société de linguistique.

 

Barbier de Meynard, Charles (1826-1908) est un orientaliste français, professeur au Collège de France. Traducteur du turc, de l'arabe et du persan, il travaille comme interprète pour le consulat de France à Jérusalem. Il collabore avec Jules Mohl à la première traduction en langue européenne du Shah Nameh (Le Livre des Rois), de Ferdowsi. Il fut administrateur de l'École des langues orientales et président de la Société asiatique. Il est le traducteur des Chroniques persanes de Hérat de Mouyin ed-din el-Esfizari.

 

Beauvois, Eugène (1835-1912) est un historien et archéologue français, spécialiste des cultures nordiques et précolombiennes. Il est le traducteur de la Saga d’Érik le Rouge.

 

Bédier, Joseph(1864-1938) est un philologue romaniste français d'origine bretonne, spécialiste de la littérature médiévale et membre de l'Académie française. Il fut professeur de langue et littérature françaises de l'université de Fribourg, professeur à la faculté de lettres de l'université de Caen et directeur du Collège de France. Spécialiste de littérature française du Moyen Âge, il publia des traductions adressées au grand public, telles que Tristan et Iseut (1900) et La Chanson de Roland (1921). En France, il fut le principal artisan de la popularisation moderne des mésaventures de Tristan.

 

Bellaigue, Camille (1858-1930) est un critique musical et musicographe français, biographe de Verdi et connaisseur de l’œuvre des troubadours.

 

Benoît, Jérémie est un historien de l'art et conservateur français, spécialiste de l'art populaire indo-européen et du chamanisme.

 

Benveniste, Émile (1902 - 1976) est un linguiste français qui s'est illustré par ses travaux dans le domaine de la grammaire comparée des langues indo-européennes et dans celui de la linguistique générale. Enseignant au Collège de France (chaire de grammaire comparée) et secrétaire de la Société de linguistique de Paris.

 

Bianquis, Geneviève (1886-1972) est une germaniste française, spécialiste de la période goethéenne et des femmes du romantisme allemand. Fille de pasteur, elle devint maître de conférences à la Faculté de Dijon. Elle participe à la fondation de la Société Française d'Études Nietzschéennes (1945) et co-fonde la revue Études germaniques. Elle est l'auteure de nombreuses traductions (Friedrich Nietzsche, Friedrich Hölderlin, Thomas Mann, etc.) Médaillée d'or de l'Institut Goethe.

 

Bitaubé, Paul Jérémie (1732-1808) est un pasteur, écrivain et traducteur. Membre de l'académie royale de Berlin et président de l'Institut de France, il est principalement connu pour ses traductions de l'Iliade et de l'Odyssée, de nombreuses fois remaniées et perfectionnées (première traduction de l'Iliade en français à Berlin en 1760 pour une ultime édition des deux œuvres en 1785). Sa traduction de l’œuvre d'Homère est agréable à lire et ne souffre ni d’archaïsme, ni de lourdeur.

 

Bloomfield, Maurice (1855- 1928) est un professeur de sanskrit à l'université Johns-Hopkins de Baltimore, philologue et linguiste américain originaire d'Europe de l'est. Spécialisé en sanskrit et en indologie, il est un des plus grands traducteurs de l'Atharva Véda.

 

Boiteau, Paul (1830-1886) est un écrivain et journaliste français. Il proposa une adaptation de quelques contes extraits de la Bibliothèque bleue : Légendes pour les enfants (1861).

 

Bosquet, Amélie (1815-1904) est une écrivaine normande, proche de Gustave Flaubert. C'est elle qui l'introduira au folklore normand. Elle écrit en tant que Collaboratrice à la Revue de Rouen, à l’Opinion Nationale, à la Revue de Paris, au Journal de Rouen et au journal féministe le Droit des femmes. Elle est l’auteur de Légendes de Normandie - La Normandie romanesque et merveilleuse (1845).

 

Botkine, Léon (1854-1884) est le traducteur en français d'une version populaire de la légende de Beowulf (1877).

 

« Boulenger, Jacques (1879-1944) est un écrivain, critique littéraire, historien de la littérature et journaliste français. Spécialiste de la littérature médiévale et de la Renaissance, on lui doit plusieurs adaptations des romans de la Table ronde et l'édition complète des œuvres de Rabelais dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard). Il compose également en 1911 une synthèse historique du Grand Siècle. Critique littéraire, Boulenger est l'auteur de diverses études sur Marceline Desbordes-Valmore, Nostradamus, Gérard de Nerval…» Wikipedia.

 

Boyer, Régis (1932-2017) est un linguiste et traducteur du norvégien, du suédois, de l'islandais et du danois. Il traduisit de l'Edda (1992) et les Contes d'Andersen. Il est professeur de langues, littératures et civilisation scandinaves puis directeur de l'Institut d'Études Scandinaves à l'Université de Paris-Sorbonne. Il sera membre du Comité Scientifique de la Revue Nordique, vulgarisateur de la culture viking et membre de la Nouvelle Droite.

 

Burnouf, Émile-Louis (1801-1852) est un linguiste et indianiste français, cofondateur de la Société Asiatique en 1822. Maîtrisant aussi le pali et l’avestique, Eugène Burnouf est considéré comme l'un des plus grands indianistes français et le père des études bouddhiques modernes en Occident. Il est à l'origine du mouvement d’études védiques scientifiques en France. Il était professeur de grammaire générale à l'École Normale Supérieure, titulaire de la chaire de langue et de littérature sanskrites au professeur au Collège de France. Élève d'Antoine-Léonard Chézy, il sera le professeur de philologie et de philosophie d'Ernest Renan. Membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres. Traducteur du Bhagavata Purana (1840-1847). Il est l’auteur d'une traduction de référence de La Bhagavad-Gita (1861) simple, claire, précise et accessible, encore inégalée depuis, et du Sutra du Lotus (1852). C'est son Introduction à l'histoire du Bouddhisme indien (1844) qui fera découvrir cette doctrine orientale (alors inédite en Europe) à Richard Wagner. Autres œuvres notables et significatives : Essai sur le Pali (1826), Vendidad Sade, l'un des livres de Zoroastre (1829-1843), Commentaire sur le Yaçna, l'un des livres liturgiques des Parses (1833-1835), Introduction à l'histoire du Bouddhisme indien (1844 à 1876) et Le Lotus de la bonne loi, traduit du sanskrit, accompagné d'un commentaire et de vingt et un mémoires relatifs au bouddhisme (1852).

 

C

Cacopardo, Augusto S. est Anthropologue et professeur au département d'histoire, d'archéologie, de géographie, d'art et de spectacle à l'Université de Florence. Il a mené des études de terrain sur la population du Chitral (Pakistan).

 

Carnoy, Émile Henri (1861-1930) est un spécialiste du folklore picard. Son ouvrage sur la Littérature orale de la Picardie fut couronné par la Société des Sciences, de l'Agriculture et des Arts de Lille. Il est aussi l'auteur des Contes français, canadiens et arabes (Algérie). Professeur au lycée Louis-le-Grand.

 

Chatterji, Suniti Kumar (1890–1977) est un des plus grands linguistes indiens. Après avoir étudié à l'Université de Londres et à la Sorbonne la phonologie et les langues indo-européennes (prakrit, perse, vieil irlandais, gothique, grec, latin), il enseigna à Calcutta.

 

Chézy, Antoine-Léonard (1773-1832) est un des premiers traducteurs du sanskrit en Europe (des épisodes du Ramayana, 1814). Locuteur du turc, de l'hébreu, de l'arabe et du persan, il est d'abord employé des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, puis titulaire de la chaire de langue et la littérature sanskrite au Collège de France (la première chaire de sanskrit en Europe). Traducteur de Kalidasa, il est le professeur d'Eugène Burnouf et d'Alexandre Langlois. Il est aussi membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-lettres et fondateur avec Eugène Burnouf, de la Société Asiatique. Il finit sa vie titulaire de la chaire de persan de l'École des Langues Orientales.

 

Chodzko, Alexandre (1804-1891) est un orientaliste, écrivain et poète polonais, naturalisé français. Après avoir vécu en Perse, en tant que consul de Russie, il occupa la chaire de langues et de littérature slaves du Collège de France. Il est l'un des fondateurs de la Société de linguistique de Paris. « Chodzko est parmi les premiers orientalistes à attirer l’attention sur les folklores turkmène, nogaϊ, azéri, iranien, ghilani, mazandarani, tadish et kalmouk et à faire du folklore un sujet de recherche scientifique. » (Wikipedia) Il fit connaître en France les contes folkloriques tchèques de Nemcova.Bozena.

 

Cohen, Gustave (1879 – 1958) est un historien et médiéviste français. Il fut le fondeur du groupe théâtral Les Théophiliens (nommé d'après le Miracle de Théophile de Rutebeuf). En exil aux États-Unis pendant la seconde Guerre Mondiale, Cohen cofonde l'École libre des hautes études de New York et anime les entretiens de Pontigny au Mount Holyoke College. D'origine juive, il se convertit au catholicisme à 64 ans. Source : Wikipedia. Professeur de littérature française du Moyen Âge et du 16è siècle à l'Université de Strasbourg, puis à la Sorbonne.

 

Contenau, Georges (1877-1964) est un historien et archéologue français, spécialiste majeur d'assyriologie, de l'histoire du Proche-Orient ancien et de ses religions. Traducteur du hittite et de l'assyrien, il fut conservateur adjoint des musées nationaux au Département des antiquités orientales du musée du Louvre et professeur à l'université de Bruxelles. Il participa et dirigea plusieurs expéditions archéologiques en Syrie et en Perse puis publia en français le contenu de tablettes mésopotamiennes. « Au cours de sa carrière, il s'intéresse à la religion des Babyloniens et des Assyriens (La Civilisation assyro-babylonienne, 1922), à leur relation à la magie (1947) et à leurs pratiques divinatoires (1940) ou encore à leur médecine (1937). Son champ d'études s'étend également à la civilisation phénicienne (La Civilisation phénicienne, 1926) aux Hittites et aux Hourrites (1948), et à ceux du Mitanni. Son Manuel d'archéologie orientale en quatre volumes (1927-1947) est toujours considéré comme un ouvrage de référence. » Wikipedia.

 

Cosquin, Emmanuel (1841 – 1919) est un folkloriste français. Il est l'auteur des Contes populaires de Lorraine (1886), collectés dans le seul village de Montiers-sur-Saulx, et des Contes indiens et l'occident. Il est un défenseur de la thèse selon laquelle les contes européens seraient d'origine indienne. Selon l'article Wikipedia : inspiré par les travaux des Frères Grimm, il se passionne pour les contes populaires européens. Correspondant avec plusieurs spécialistes étrangers, dont le philologue allemand Theodor Benfey, il en vient à défendre la thèse émise par celui-ci selon laquelle ces contes étaient invariablement d'origine indienne. Pour lui, « la diffusion s'est faite à la façon d'une inondation régulière, partant d'un immense réservoir unique et poussant toujours devant elle dans toutes les directions. De là cette probabilité de trouver partout les mêmes dépôts. Ce réservoir, d'où les contes ont découlé à l'Orient vers l'Indo-Chine, au nord vers le Tibet et les populations mongoles, à l'occident vers la Perse, le monde musulman d'Asie et d'Afrique, l'Europe enfin, c'est l'Inde ».

 

D

 

Danielou, Alain (1907-1994) est un musicologue, écrivain et photographe. Il vécut longtemps en Inde et se convertit à l'hindouisme shivaïte. Il fut aussi professeur à l’Université de Varanasi, ville dans laquelle il résidait. Son approche de la spiritualité indienne n'est pas académique, mais elle est une des plus pertinentes. Ses ouvrages principaux sont Shiva et Dionysos, la religion de la Nature et de l’Éros (1979) et Mythes et dieux de l'Inde : le polythéisme hindou (1992).

 

Darmesteter, James (1849 – 1894) est un linguiste français, spécialiste du zoroastrisme et traducteur en français et en anglais de l’Avesta (Le Zend-Avesta, 3 volumes, 1892-1893). Successeur d'Ernest Renan au Secrétariat de la Société asiatique, il fut professeur au Collège de France, puis directeur d'études de l’École Pratique des Hautes Études.

 

D’Aulnoy, Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, dite baronne, (1651-1705) est une écrivaine française, précurseure dans l'écriture des contes merveilleux.

 

David-Néel, Alexandra (1868-1969) fut la première Occidentale à pénétrer au Tibet, grâce à sa maîtrise de la langue tibétaine et grâce à ses connaissances du bouddhisme.

 

Davies, Edward (1756 – 1831) est un prêtre et écrivain gallois, spécialiste des études celtiques. Source de Michelet pour son Histoire de France (chapitre sur la Gaule et le druidisme).

 

D'Avril, Adolphe (1822-1904) est un diplomate et écrivain français. Il fut attaché à la mission française en Orient, consul à Bucarest, délégué à la commission européenne du Danube. Il termina sa carrière comme envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire au Chili. Il participa à la création de l'Alliance française. « Écrivain très prolifique, érudit et traducteur, il s'est principalement intéressé à l'Orient chrétien (Balkans et Proche-Orient) et à la littérature épique et populaire du Moyen Âge. » Wikipedia. Il est le traducteur en français de La Bataille de Kossovo.

 

De Benoist, Alain (1943- ) est un journaliste (Éléments) et essayiste français. Principal représentant de la mouvance intellectuelle dite de la « Nouvelle Droite » et cofondateur du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE).

 

De Harlez, Charles (1832-1899) « est un orientaliste, membre de l'Académie Royale de Belgique. Ordonné prêtre, de Harlez deviendra professeur à l'Institut d'Études Orientalistes de l'Université de Louvain en 1871. Il y enseignera les langues orientales. Ses traductions lui apporteront une réputation certaine. En 1882, il fonda l'une des premières revues scientifiques de linguistique et d'études orientales, Le Muséon. Son œuvre orientaliste dépasse les vingt ouvrages érudits et de traduction ; elle compte également une cinquantaine d'essais divers et d'innombrables articles scientifiques. Durant la majeure partie de sa carrière il étudiera la philosophie, la linguistique et la littérature chinoise ancienne ainsi que la religion zoroastrienne et la langue avestique (Le Livre sacré du zoroastrisme,1881.). Il ne fut pas le premier à traduire en langue européenne à partir de la langue perse ancienne les textes sacrés zoroastriens rassemblés sous l'Avesta. Sa traduction datant de 1875 à 1877 fut remarquée et elle servit de base à la traduction vers plusieurs autres langues comme l'anglais et l'allemand. Il publia par ailleurs un manuel de la langue de l'Avesta qu'il utilisera dans son enseignement. Après avoir étudié l'avestique, de Harlez se consacre à la langue et à la religion mandchoue. Il contribue à la connaissance de cette langue en publiant en 1884 un manuel de langue mandchoue. Sa vocation de vulgarisateur le poussa également à publier un manuel de sanskrit, langue indo-européenne qu'il enseignait alors. Dès 1890, il publie une série de textes sur le taoïsme. En 1897 il écrit la version finale de sa traduction en français du Yi-king, aussi connu sous le titre de Livre des mutations. Il a également travaillé sur le chamanisme tibétain et sur la religion de l'île de Pâques, Kangata Manu. » Wikipedia.

 

Depping, Guillaume Joseph (1829 – 1901) est un conservateur et membre de la Société de géographie de Paris, est un historien et géographe français. Il voyagea en Inde et tira de son périple des articles de journaux (Fragments d’un voyage en Orient (1860).

 

Derolez, René (1921-2005) est un historien médiéviste et runologue belge. Professeur de philologie anglaise et allemande à l'Université de Ghent. Spécialiste de Beowulf. Il est membre de l'Académie Royale de Flandre et membre de la British Academy. Président de l'International Society of Anglo-Saxonists. Il sera l’auteur de The Origin of the Runes (1998), Les Dieux et la religion des Germains (1962) et Les Celtes et les Germains (1965, en collaboration avec A. Varagnac).

 

Dévigne, Roger (1885-1965) est un journaliste, poète, folkloriste, créateur de revues d'arts, et directeur de la Phonothèque nationale. Il donna des conférences à la Sorbonne sur l'Atlantide et sur le folklore. Il fut par ailleurs président de l'association des Charentais à Paris. Il participa à la création de la Société de mythologie française avec André Breton et Tristan Tzara. En 1960, il lança le manifeste du Féérisme. L'Académie française lui décerna le Prix Alfred Née pour l'ensemble de son œuvre.

 

Dottin, Henri-Georges (1863-1928) est un linguiste spécialiste de langues, littératures et civilisations celtiques. Il fut maître de conférences, professeur de langues et littératures celtiques et professeur de littérature grecque à l'Université de Rennes.

 

Dubois, Jean-Antoine dit abbé Dubois (1766-1848) est un prêtre missionnaire en Inde où il résida 32 ans. D'abord à Pondichéry, puis Mysore. Après cette même durée de travail en Inde du Sud, il retourne en Europe convaincu que la conversion des hindous est une tâche impossible. Il compose ensuite un ouvrage traduit et publié à Londres en 1816 sous le titre de Description of the Character, Manners and Customs of the People of India, and of their Institutions, religious and civil. Ce travail est considéré comme le premier ouvrage de recherche indianiste. Reprenant un manuscrit rédigé en 1800 par François-Pierre Gaudart, ancien agent de la Compagnie des Indes, J.A Dubois publie une édition augmentée intitulée Mœurs, institutions et cérémonies des peuples de l'Inde (1825). Cet écrit est considéré comme le meilleur et le plus complet des travaux de l'époque sur la vie en Inde. L'abbé Dubois est à l'origine de la théorie de l'invasion aryenne. Nous avons largement exploité son Exposé de quelques-uns des principaux articles de la théologie des Brahmes (1825), qui contient des extraits du Varaha Purana, du Kurma Purana, du Matsya Purana ainsi qu'une description de l'ashvaméda, le sacrifice royal du cheval. Il est aussi l'auteur du Pantcha-Tantra ou les cinq ruses, fables du Brahme Vichnou-Sarma (1826).

 

Dumézil, George (1878-1986) fut professeur d'histoire des religions à l'université d'Istanbul, directeur d’étude comparative des religions des peuples indo-européens à l’École Pratique des Hautes Études, titulaire de la chaire des civilisations indo-européennes au Collège de France, conférencier aux États-Unis (Princeton, Chicago et Los Angeles), membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et membre de l’Académie française en 1978. Ses publications concernant les études indo-européennes sont innombrables. Sa théorie la plus célèbre est celle de la triade indo-européenne. « Maîtrisant une trentaine de langues, il a procédé à un important travail d'étude comparative exacte et directe des textes les plus anciens des mythologies et des religions des peuples indo-européens. Dumézil s'est intéressé aux langues et récits traditionnels des peuples d'Asie centrale. » Wikipedia.

 

Dumont, Paul-Émile (1879-1968) est un universitaire français, professeur à Baltimore. Il est l'auteur-traducteur de la Description de l'agnihotra dans le rituel védique.

 

Dupuis, Jacques (1923-2004) est un jésuite belge, missionnaire et théologien des religions. Il a enseigné la théologie dogmatique au théologat jésuite de Darjeeling (Inde), puis à Delhi et enfin à l'Université Grégorienne de Rome. Ordonné prêtre dans l'Himalaya.

 

E

Eggebrecht, Arne (1935-2004) est un égyptologue allemand. Il fut directeur du musée Roemer-Pelizaeus à Hildesheim, ainsi que président du Comité International d'Égyptologie au Conseil International des Musées.

 

Eggermont, Isidore (1844-1923) est un diplomate et japonologue belge. Grand voyageur, il fait le tour du monde entre 1876 et 1877 (voyage durant lequel il visite Ceylan et l’Inde, et devient conseiller pour la légation de Belgique au Japon).

 

Eichhoff, Frédéric(1799-1875) est un philologue et littérateur français. Professeur de littérature étrangère à la faculté des lettres de Lyon, puis inspecteur général de l'enseignement secondaire pour l'enseignement des langues vivantes. Il est un des premiers grammairiens à comparer les langues indo-européennes.

 

Eliade, Mircéa (1907-1986) est un historien des religions né en Roumanie. Il étudia le yoga et le sanskrit en Inde.

 

F

Fauche, Hippolyte (1797-1869) est un élève d'Eugène Burnouf, premier traducteur dans notre langue du Ramayana (1864) puis du Mahabarta (1865 à 1868), qu'il tentera de traduire entièrement. H. Fauche est aussi le traducteur du théâtre de Kalidasa et du Gita Govinda de Jayadeva. Louis Ballin, son élève, sous-inspecteur des forêts à la retraite, continuera la publication du Mahabharata, mais ne l'achèvera pas.

 

« Faure, Élie (1873-1937) est un médecin, historien de l'art et essayiste français. Il est l'auteur d’une importante Histoire de l’art qui est une appréciable étape historiographique dans cette discipline. » Wikipedia.

 

Fécamp, Albert (1851-19?) est le traducteur en français de la Chanson de Gudrun, une œuvre composée en haut-allemand vers 1230-1240 qui s'inspire de légendes des pays bordant la Mer du Nord (Le poème de Gudrun, ses origines, sa formation et son histoire, 1892.)

 

Feer, Léon (1830 – 1902) est un linguiste, orientaliste (indianiste et tibétologue), folkloriste. Il était professeur à l'École des langues orientales, titulaire de la Chaire de tibétain, conservateur adjoint au département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale et membre du conseil de la Société Académique Indochinoise. Traducteur du sanskrit, il connaissait aussi le tibétain, le mongol et le pali. Son travail est en lien avec les religions dharmiques : Introduction du bouddhisme dans le Kashmir (1866), Le Sûtra en 42 articles (1878), Études bouddhiques, le Livre des 100 légendes (1881), Fragments extraits du Kandjour (1883), Contes indiens, les Trente-deux récits du trône (1883), Tirthikas et bouddhistes, polémique entre Nigantha et Gautama (1884), Le Mariage par achat dans l'Inde aryenne (1885), Adaptation au sanskrit de l'alphabet de transcription usité pour le pali (1885), Le Tibet : le pays, le peuple, la religion (1886), Étymologie, histoire, orthographe du mot Tibet (1889), L'Enfer indien (1892), Le Bodhisattva et la famille de tigres (1899).

 

Freu, Jacques (1925-2020) est un spécialiste de l'Histoire de l'Anatolie du 1er et 2e millénaire. Professeur à l'Université de Nice.

 

G

 

Gaidoz, Henri(1842-1932) est un professeur de géographie et d'ethnologie, celtiste et folkloriste français. « Il a joué un rôle fondateur dans le développement des études celtiques en France et dans l'ethnologie appliquée à l'Europe » (Wikipedia). Professeur de géographie et d'ethnographie à l'École libre des sciences politiques (Paris) et professeur de philologie celtique à l'École des Hautes études, il compte parmi les fondateurs de la Société de linguistique, dont il assumera la présidence en 1881. Locuteur du breton, du gallois et de l'irlandais.

 

Gardet, Louis( 1904 - 1986) est un philosophe thomiste et spécialiste de l'islam, qui se présentait lui-même comme « philosophe chrétien des cultures et des religions comparées ».

 

Gasquet, Amédée (1852-1914) est un ancien élève de l'École Normale Supérieure, agrégé de lettre, docteur en histoire, professeur à la faculté des lettres de Clermont-Ferrand, recteur de l'académie de Nancy, directeur de l'enseignement primaire au ministère de l'instruction publique. Il a publié de nombreux ouvrages d'histoire et des ouvrages scolaires. Il fut maire de Clermont-Ferrand de 1888 à 1892.

 

Geffroy, Auguste (1820-1895) est un historien français, spécialiste des civilisations germaniques et scandinaves, membre de l'Académie impériale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux. Professeur à la faculté des lettres de Bordeaux, à l'École normale supérieure, à la Sorbonne et directeur de l'École française de Rome.

 

Gimbutas, Marija (1921-1994) est une archéologue et préhistorienne américaine d'origine lituanienne. Elle collabora avec l'Université de Harvard et celle de Los Angeles. Elle est membre de l'Académie des Sciences de Lituanie. Prix Anisfield-Wolf en 1993. Elle est à l'origine de la théorie des kourganes, plaçant l'aire d'origine indo-européenne en Asie centrale.

 

Gobineau, Arthur de (1816 - 1882) est un écrivain et homme politique français. Il est l'auteur du célèbre Essai sur l'inégalité des races humaines. Il est l'auteur de nombreux travaux historiques et philologiques sur l'Iran ancien (Aryens). En 1854, il est nommé secrétaire de la légation française en Perse.

 

Graetz, Heinrich (1817 - 1891) est un historien et théologien juif prussien. « Il fut l'un des premiers à écrire une Histoire complète du peuple juif dans une perspective juive » (Wikipédia). Dans un chapitre à propos de la Perse, il mentionne Mazdak et ses partisans.

 

Guénon, René (1886-1951) est un auteur gnostique et mystique. Son œuvre repose sur le concept de tradition primordiale. Il finit sa vie en Égypte, où il vivait en musulman.

 

Guérinot, Armand (1872-19..) est un traducteur du prakrit, docteur ès lettres et en médecine, correcteur pour les typographies orientales à l'Imprimerie Nationale, collaborateur aux prestigieuses annales du musée Guimet (Essai de bibliographie jaïna, 1906).

 

H

Haudry, Jean (1934 - ) est un linguiste français, spécialiste des langues et de la civilisation indo-européennes. Il fut longtemps professeur de linguistique et de sanskrit à l'université Lyon III (institution dans laquelle il crée l'Institut d'études indo-européennes, en collaboration avec Jean Varenne et Pierre Vial). Jean Haudry est aussi un homme engagé, qui participa au comité scientifique du Front National et fut membre du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE). Il est l'auteur du « Que sais-je ? » à propos des Indo-Européens. Cet ouvrage fit polémique à sa sortie en 1979, mais connu plusieurs rééditions (1984 et 1994).

 

Hoefer, Jean-Chrétien-Ferdinand (1811-1878) est un médecin, lexicographe et écrivain. Il est le traducteur de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile (1851). Chargé par les frères Didot de diriger leur Nouvelle biographie universelle (1854-1866), il rédigea l’article consacré à Zarathoustra.

 

Horne, Charles Francis (1870-1942) est un écrivain américain, auteur de plus d'une centaine de titres historiques. Il proposa une traduction du Code d'Hammourabi, édita Jules Verne et publia une Histoire de l'Espagne et de la Russie. Professeur d'anglais au City College de New York.

 

Hörbiger, Hans (1860-1931) est un ingénieur, inventeur et idéologue autrichien. « Hans Hörbiger fréquente le Technologische Gewerbemuseum en génie mécanique à Vienne, mais ne peut pas suivre d’études supérieures pour des raisons financières. Après un emploi de dessinateur dans une entreprise de soupapes de précision en 1881 et une courte période militaire, il gagne provisoirement sa vie en tant que joueur itinérant de cithare. En 1884, il travaille de nouveau pour différents constructeurs de machines. À partir de 1891, Hörbiger, chez le constructeur de machines Lang à Budapest, approfondit les techniques de la chaleur et du froid. En 1896, il dépose un brevet de soupape à disques d’acier (connue depuis sous le nom de « soupape Hörbiger ») qui lui apporte une certaine aisance. […] Il devient connu du grand public en 1912 à la suite de la publication du livre Glacial-Kosmogonie sur lequel il travaillait depuis 1894. Cet ouvrage, écrit en collaboration avec le sélénographe Philipp Fauth, expose la doctrine de la glace éternelle qui énonce que la plupart des corps de l'univers sont constitués de glace. Cette théorie fut conçue par Horbiger à l'issue d'une généralisation de ses expériences sur la chaleur. Elle explique les phénomènes astronomiques par la lutte perpétuelle entre la glace et le feu, ces éléments étant aussi assimilés aux forces d'attraction et de répulsion. […] De nombreux auteurs ayant écrit sur le thème de l'« occultisme nazi » ont affirmé, en se basant sur le livre de Hermann Rauschning Hitler m'a dit, qu'Hörbiger aurait connu Hitler et aurait été lié à diverses sociétés secrètes qui auraient influencé le Troisième Reich. Le livre de Rauschning et ces théories sont aujourd'hui discrédités par les historiens. » Wikipedia.

 

Hubert, Henri (1872 - 1927) est un archéologue et un sociologue spécialiste des religions comparées, connu pour ses publications sur les Celtes. Directeur de recherches à l'École pratique des hautes études (Section Sciences religieuses, religions primitives de l'Europe), conservateur-adjoint au musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye et professeur à l'École du Louvre.

 

J

Jacques, Guillaume (1979 - ) est un linguiste français, spécialiste des langues sino-tibétaines (chinois archaïque, tangoute, tibétain). Responsable des comptes-rendus de la revue d'études indo-européennes Wékwos, fondée en 2014 et directeur de recherches au Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale.

 

Jonval, Michel (1902-1935) est un linguiste français, spécialiste des études baltes. Il fut le premier titulaire de la chaire de Culture et de langues romanes de l'Université de Riga. Il proposa la seule traduction française complète des daïnas lettonnes (1929).

 

« Jullian, Camille (1859 - 1933) est un historien, philologue et épigraphiste français. Élu au Collège de France en 1905, il y crée la chaire des Antiquités nationales. Il est l'auteur d'une monumentale Histoire de la Gaule, parue entre 1907 et 1928, première approche scientifique de la Gaule. » Wikispedia.

 

K

Kerényi, Charles(1897 - 1973) est un philologue et historien des religions hongrois. « Il est l'un des fondateurs de l'étude moderne de la mythologie grecque » (Wikipedia). Il publia en compagnie de C. G. Jung.

 

L

 

La Bédollière, Émile Gigault de (1812-1883) est un écrivain, journaliste et traducteur français (Hoffmann, Dickens, Walter Scott, James Fenimore Cooper, Thérèse d'Avila, La Case de l'oncle Tom, etc.). Il est l'auteur d'une traduction depuis le latin de la légende de Geneviève de Brabant.

 

La Borderie, Arthur de (1827-1901) est un historien et homme politique français. Après avoir travaillé aux Archives départementales de Nantes, il cofonde la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine puis en devient le président. Il fut aussi directeur de la revue historique Revue de Bretagne et de Vendée.

 

Lacombe, Olivier (1904-2001) est un indianiste français, titulaire de la chaire d’histoire de la philosophie et de philosophie comparée de la Faculté des Lettres de Lille, et professeur de philosophie comparée à la Sorbonne.

 

La Fontaine, Jean de (1621 - 1695) est un poète français, célèbre pour ses Fables de renommée mondiale, adaptées d'Ésope et de Vishnou-Sharma (Pancha-Tantra).

 

Langlois, Alexandre(1788-1854) est un éminent indianiste du 19e siècle. On lui doit la sublime traduction du Harivamsa. Il n'existe que peu de traductions françaises des Védas, celle de M. Langlois possède l'avantage d'être la plus poétique tout en étant rigoureuse. Par ailleurs, seul A. Langlois publia l'ensemble du Rig-Véda en français. En paraphrasant sa biographie Wikipedia, la plus fournie du net tout en ne comprenant qu'un paragraphe, Alexandre Langlois fut professeur de rhétorique au lycée Charlemagne, puis inspecteur de l'académie de Paris, pour enfin être élu membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres en 1835. « Sa traduction du Rig-Véda est parue très peu de temps après la première traduction du Rig-Véda en anglais par Horace Hayman Wilson, publiée entre 1838 et 1851. » Ses autres travaux sur la culture indienne comprennent des ouvrages comme : Monuments littéraires de l'Inde (1827), Chefs-d'œuvre du théâtre indien (en collaboration avec M. H. H. Wilson, 1828) et surtout Harivansa ou histoire de la famille de Hari (1834-35) et Rig-Véda, ou Livre des hymnes (1848-51). « Je veux essayer d'adoucir la sévérité des muses sanskrites, et les tirer en quelque sorte du sanctuaire de la science pour les présenter au monde, moins étrangères et plus attrayantes. » A. Langlois.

 

Laveleye, Émile de (1822-1892), est un économiste et historien belge. Il est l'un des penseurs du socialisme en Belgique et le traducteur en français de l'épopée des Nibelungen (1866).

 

« La Villemarqué, Théodore Hersart de (1815-1895), est un philologue français spécialiste de la culture bretonne. Il est notamment connu comme auteur du Barzaz Breiz, recueil de chants populaires bretons. [...] Il fonde (en 1843 ou en 1857) une « Fraternité des Bardes de Bretagne » approuvée par l’archidruide de Galles » (Wikipedia). Il est aussi l'auteur d'un dictionnaire français-breton.

 

Lebedynsky, Iaroslav (1960-) est professeur d'Histoire de l'Ukraine à l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales de Paris. Il est le codirecteur de la collection Présence Ukrainienne aux éditions L'Harmattan et de la collection Voix du Caucase. Il est aussi l'animateur du Cercle de Recherche Gallia-Sarmatia qui a pour but d'étudier les traces laissées par les Sarmates et Alains en Occident.

 

Le Braz, Anatole (1859-1926) est un folkloriste français de langue bretonne. Il participa au mouvement régionaliste breton de la fin du 19e siècle. Il collecta les chansons, contes et légendes populaires bretonnes et mena des enquêtes auprès des paysans et des marins bretons. Il fut président de l'Union régionaliste bretonne. Professeur de lettres à la faculté des Lettres de Rennes.

 

Leconte de Lisle, Charles (né à la Réunion en 1818, mort à Paris en 1894) est un poète et écrivain, chef de file du mouvement littéraire des Parnassiens et membre de l’Académie Française. Traducteur du grec ancien (Hymnes homériques et Hymnes orphiques, 1893), il est aussi l'auteur d'une histoire de la colonisation française en Inde (L'Inde française, 1858). La mythologie indienne sera une de ses sources d'inspiration majeure, comme en témoignent les Poèmes barbares (1862).

 

Lecoy, Félix (1903-1997) est un philologue et universitaire français, professeur de langue et littérature françaises du Moyen Âge au Collège de France et maître de conférences à la faculté des lettres de Dijon. Il édita de textes médiévaux (Chevalier au barisel, Guillaume de Dole, Le Roman de Renart).

 

Léger, Louis (1843-1923) est un universitaire français spécialiste des langues et civilisations slaves. Il occupa la chaire Langue et littérature slaves au Collège de France et traduisit des auteurs polonais en français. Il est membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et citoyen d'honneur de la ville de Sofia.

 

Lévi, Sylvain (1863-1935) est un indologue français, professeur de sanskrit à la Sorbonne et au Collège de France. Il fut aussi membre d'honneur de l’École française d'Extrême-Orient, directeur de la Maison franco-japonaise et président de la Société asiatique. Il participa à la création de l’Institut de civilisation indienne attaché à la faculté des lettres de l’université de Paris. Il fut un des premiers à s'intéresser à la langue tokharienne, qu'il aida à déchiffrer en rapprochant celle-ci du sanskrit.

 

Lommel, Hermann (1885-1968) est un indianiste et iranologue allemand, spécialiste des Anciens Aryens (Les Anciens Aryens, 1943), professeur de linguistique indo-européenne comparée à Francfort. Il est le traducteur en allemand du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure. Selon George Dumézil, il est :« un des esprits les plus ouverts et les plus indépendants de son temps. »

 

Loth, Joseph (1847-1934) est un linguiste et historien français, spécialiste des langues celtiques et traducteur du Mabinogion. Enseignant à Pontivy, puis à Quimper et Saumur, il devient professeur des langues celtiques à la faculté des lettres de Rennes et au Collège de France. Il fonda et dirigea les Annales de Bretagne.

 

Louis, René (1906-1991), est un médiéviste, archéologue, historien et philologue français, spécialiste de la littérature du Moyen Âge. Il fut aussi professeur d'histoire littéraire médiévale dans les universités de Lille, Caen, Tours et Paris, fondateur de la Société Roncesvals et directeur régionale de la première circonscription des Antiquités historiques. Élève de Joseph Bédier et Ferdinand Lot.

 

Lovric, Mihovil (1897-1976), dont le pseudonyme est Mitjel Yoshamya, est un historien croate, jadis professeur à Zagreb. Ses recherches gênant le régime communiste, il fut exécuté en 1976. Spécialiste du passé méconnu des peuples du nord de l'Adriatique.

 

Luzel, François-Marie (1821-1895) est un folkloriste et poète breton. Après une carrière dans l'enseignement, il travailla pour l'Instruction publique pour la recherche de vieux textes littéraires en Basse-Bretagne, puis fut conservateur des archives départementales du Finistère à Quimper. Avec Anatole Le Braz, il publia des poésies et chansons populaires.

 

M

« Macpherson, James (1736 - 1796) est un poète écossais, connu comme le « traducteur », compilateur et partiellement auteur du cycle de poèmes d’Ossian. Visiteur du comté d'Inverness, des îles de Skye, North Uist, South Uist et Benbecula, il obtient des manuscrits qu'il traduit avec l'assistance du capitaine Morrison et du révérend A. Gallie. Il monta une expédition vers l'île de Mull, où il obtient d'autres manuscrits. En 1761, il annonce la découverte d'une épopée sur le thème de Fingal (lié dans la mythologie irlandaise au personnage de Finn Mac Cumaill) écrite par Ossian (basé sur le fils de Finn, Oisín). Il publie alors Fingal, un Ancien Poème épique en six livres, ainsi que plusieurs autres poèmes composés par Ossian, le fils de Fingal, traduit de la langue gaélique, écrit dans une prose aux cadences musicales. Une édition complète des Œuvres d'Ossian paraît en 1765. L'authenticité de ces prétendues traductions d'œuvres d'un barde du 3e siècle a aussitôt été mise en doute en Angleterre. Le Dr. Samuel Johnson, après plusieurs enquêtes locales, affirme (dans Un Voyage aux Îles occidentales d'Écosse, 1775), que Macpherson a trouvé des fragments d'anciens poèmes et histoires, qu'il a organisés dans une romance de sa propre composition. Macpherson n'a jamais produit ses originaux, qu'il s'est refusé à publier en raison de la dépense. Les chercheurs modernes tendent à confirmer les assertions de Johnson. Malcolm Laing, dans un appendice à son Histoire d'Écosse (1800), a émis l'idée extrême que les supposés poèmes d'Ossian avaient une origine purement moderne et que les assertions de Macpherson ne se fondaient pratiquement sur aucune autorité. Macpherson a certainement créé plusieurs éléments, et il confond des histoires appartenant à des cycles différents. Malgré le caractère douteux de l'opération, il doit être considéré comme l'un des plus grands écrivains écossais. En dépit de la variété des sources et du fait qu'il ne s'agit nullement de la traduction de véritables poèmes gaéliques, il est à l'origine d'un mouvement poétique pré-romantique, l'ossianisme qui, par sa profonde admiration de la beauté naturelle et la sensibilité mélancolique de son traitement de l'ancienne légende, a influencé plus qu'aucune autre œuvre le mouvement romantique à travers l'Europe, particulièrement sur la littérature allemande. L'ouvrage est rapidement traduit dans de nombreuses langues européennes; Herder et Goethe (dans sa première période) ont exprimé une vive admiration à son égard. » Wikipedia.

 

Marmier, Xavier (1808 - 1892) est un célèbre traducteur des littératures européennes du Nord, qu'il a contribué à faire connaître en France. Il contribua à la Revue germanique, dont il fut le directeur. Grand voyageur, il visita la Russie, la Pologne, la Finlande, l'Islande, la Scandinavie, le pôle Nord, mais aussi les Pays-Bas, l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, le Monténégro,le Moyen-Orient, l'Algérie, Cuba, l’Argentine, et l’Uruguay. Il tira de ses voyages une œuvre qu'il publia dans des revues périodiques.Membre de l’Académie française, locuteur de l'allemand, du russe, du danois et de l'islandais.

 

Micha, Alexandre (1905-2007) est un critique littéraire et médiéviste français. Il fut professeur de littérature françaises du Moyen Âge et de la Renaissance à l’université de Caen, de Strasbourg et la Sorbonne. Il dirigea la Faculté des lettres de l'Académie de Rouen et cofonda la Faculté des lettres de Nanterre. Vice-président de la section française de la Société internationale arthurienne, il reçoit en 1987 le prix Excalibur pour l’ensemble de son œuvre.

 

Monseur, Eugène(1860-1912) est un écrivain belge, spécialiste du folklore wallon (Questionnaire de folklore : 1891, Le folklore wallon : 1892). Professeur de sanskrit, d'histoire comparée des littératures modernes et de grammaire comparée du grec et du latin à l'université de Bruxelles.

 

Montaiglon, Anatole de (1824-1895) est un bibliothécaire et historien de l’art français. Après avoir travaillé au Musée du Louvre et à la bibliothèque de l'Arsenal, il devient professeur titulaire de bibliographie. « Il est notamment un spécialiste reconnu de la poésie du 15e siècle, à laquelle il a consacré de nombreuses études et dont il a donné d'importantes éditions scientifiques ou de vulgarisation (Dolopathos, le Livre du chevalier de La Tour-Landry, Recueil de poésies françoises des XVe et XVIe siècles).

 

Müller, Max (1823 - 1900) est un philologue et orientaliste allemand, fondateur des études indiennes et de la mythologie comparée. Il publia une édition critique du Rig-Véda. Élève d'Eugène Burnouf, locuteur du sankrit et du persan.

 

N

Nemcova, Bozena (1820-1862) est une célèbre écrivaine tchèque, connue pour ses recueils de contes folkloriques, qui se situent dans la tradition de Perrault, Grimm et Andersen.

 

 

P

Papillon, Serge (1966-) est spécialiste des peuples de l'Asie centrale et des Tokhariens en particulier. Locuteur du tokharien, du vietnamien et du mongol.

 

Pardis, Khosro Khazai est spécialiste du Proche-Orient, de l’Iran et de l’Asie Centrale, chercheur scientifique et enseignant à l’Université de Gand (Belgique), à l’Université de Shiraz (Iran), à l’Université de Sydney (Australie) et traducteur (Les Gathas, le livre sublime de Zarathoustra, 2007). Il est le directeur du Centre Européen d’Études Zoroastriennes à Bruxelles.

 

Paris, Gaston (1839 – 1903) est un médiéviste et philologue romaniste français. Il fut le professeur de Joseph Bédier. Après avoir étudié en Allemagne les légendes médiévales et la mythologie germanique, particulièrement l’épopée des Nibelungen, il se consacre aux récits qui firent la légende de Charlemagne. Professeur au Collège de France et à la Sorbonne. « Contre l’académisme qui régnait alors en France, il a soutenu que la littérature médiévale française méritait d’être étudiée avec le même sérieux et la même précision que les autres disciplines contemporaines. » Wikipedia.

 

Pavie, Théodore (1811-1896) est un « voyageur, écrivain et orientaliste, collaborateur à la Revue des Deux Mondes et au Journal Asiatique, professeur de littérature et de langues orientales à l'Université Catholique d'Angers. Théodore Marie Pavie parlait neuf langues (dont l'allemand, l'hébreu, l'arabe, l'hindoustani, le chinois, le mandchou). En 1839, il voyage en Égypte et aux Indes ; il visite Madras, Bombay, Calcutta, Pondichéry. Il retourne en Europe en 1840 via l’Île Bourbon (actuelle Île de La Réunion). D'abord élève de Burnouf au Collège de France, il succède à son maître au Collège de France, où il fut chargé du cours de langue et de littérature sanskrit. » Wikipedia.

 

Pellard, Thomas est un linguiste français, spécialiste des langues du Japon et des outils informatiques. Chargé de recherche CNRS au Centre de Recherches Linguistiques sur l’Asie Orientale, et enseignant à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco).

 

Perrault, Charles(1628- 1703) est un écrivain français, célèbre pour ses Contes de ma mère l’Oye. Précurseur du conte fantastique et des études folkloriques.

 

Petersen, Jan Heegard est professeur et chercheur en linguistique et études nordiques à l'Université de Copenhague. Il est l'auteur de Kalasha texts, with introductory grammar (2015).

 

Pictet, Adolphe (1799 - 1875) est un écrivain et linguiste suisse. Il travailla sur les Cabires de Samothrace et les liens entre les langues et les civilisations gauloise et sanskrite.

 

Pierret (Charles) Paul (1836-1916) est un archéologue et égyptologue. Successeur de Jean-François Champollion, il est le conservateur du Département des Antiquités Égyptiennes du musée du Louvre. Lors de la fondation de l'École du Louvre en 1882, il est le premier titulaire de la chaire d'égyptologie. Ses œuvres principales sont Catalogue de la salle historique de la galerie égyptienne (1873), Essai sur la mythologie égyptienne (1879), Le Panthéon égyptien (1881), Le Livre des morts égyptiens (1882).

 

Pimpurniaux, Jérôme (1741-1837) est un écrivain belge, qui fit carrière comme procureur à Namur. Il est l'auteur des Légendes namuroises et du Guide du voyageur en Ardenne, ou excursions d'un touriste belge en Belgique. Ces deux ouvrages sont considérés comme des références au sujet du folklore belge.

 

Pinault, Georges-Jean (1955-) est professeur de linguistique et de philologie à l'École Pratique des Hautes Études. Il a publié plus de deux cents articles sur la linguistique indo-européenne. Il est un spécialiste de renommée mondiale du tokharien et de l'indo-européen.

 

Prat, Louis-Charles (1932-2013) fut professeur à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université de Yaoundé (Cameroun) et professeur à l'Université de Haute-Bretagne. Il est l’auteur en autre de : Les langues indo-européennes et les autres (2003), Mœurs, civilisation et idéologie des Indo-Européens (2011), Druides et druidisme (2003), La quête du Graal en forêt de Brocéliande (2000) Spiritualisme et gnosticisme (2003), Initiés et profanes (1996), Exotérisme et ésotérisme, la kabbale hermétique (2002), Mithra et le mithriacisme (2002), Catharisme et néo-catharisme (2009), Cathares et catharisme (2003), et Des Cathares aux Templiers et des Crestias aux Gavots (2003).

 

R

Regnaud, Paul (1838 - 1910) est un linguiste et indianiste français, professeur de grammaire générale et de sanskrit à la faculté des lettres de Lyon.

 

Reinaud, Joseph Toussaint (1795-1867) est un historien et orientaliste français (traducteur d'Al-Biruni), président de la Société asiatique et conservateur du département des manuscrits orientaux de la Bibliothèque impériale.

 

« Reitzenstein, Richard August (1861-1931) est un philologue, spécialiste des religions grecques, de l'hermétisme et du gnosticisme. Il était une des figures majeures de la Religionsgeschichtliche Schule (École de l'Histoire des Religions). » Wikipedia.

 

Riasanovsky, Nicholas (1923-2011) est un professeur émérite d'histoire russe à l'Université de Berkeley (Californie). Son Histoire de la Russie est une référence, c’est sa 8e édition.

 

Robert, Cyprien (1807-v.1865) est un linguiste, spécialiste du monde slave. Il fonda la Société slaves de Paris. « Cyprien Robert s'intéresse au panlatinisme et présente dans un livre intitulé Le Panlatinisme le projet de confédérer les peuples d'origine « gallo-latine », à savoir : la population des îles Britanniques, celle de la péninsule Ibérique, les Français, les Italiens, les Roumains, et même les Allemands de la rive gauche du Rhin. La réalisation de ce projet permettrait l'unité politique de l'Occident sous l'hégémonie incontestable de la France ; ce corps politique serait assez puissant pour s'opposer à la « menace panslaviste », ainsi que pour tenir tête aux Américains et aux Chinois. » Wikipedia. Membre français de la Société des lettres serbes et de la Société savante serbe.

 

Robertson, Georges Scott (1852-1916) est un administrateur et soldat britannique en poste à Gilgit durant la seconde guerre anglo-afghane (1878–1880). Il commanda les forces britanniques pendant le siège de Chitral. Ses chroniques du Kafiristan paraissent dans The Kafirs of the Hindu Kush (1896).

 

Rosenberg, Fédor (1867-1934) est un orientaliste russe d'origine estonienne. Il est le traducteur du Zaratusht-nama (Zarathustra et la tradition mazdéenne, relu par André Gide à sa sortie en 1904). Ce texte sera repris par Jean Varenne dans Zarathushtra et la tradition mazdéenne.

 

Roussel, Alfred (1849–1921) est un indianiste français, spécialiste de la littérature épique et puranique indienne, professeur de sanscrit à l'Université de Fribourg, traducteur du Ramayana (1903). Auteur de: Cosmologie hindoue d’après le Bhagavata purana (1898), Légendes morales de l’Inde empruntées au Bhagavata Purana et au Mahabharata (1900), Les Anomalies du Ramayana (1910), L’Inde sociale d’après le Sabha-Parvan (1911), Le Bouddhisme primitif (1911), Idées religieuses et sociales de l’Inde ancienne (1914) et Le Bouddhisme contemporain (1916).

 

Runciman, Steven (1903–2000) est un historien britannique, spécialiste du Moyen Âge. Il est l'auteur d'une monumentale Histoire des Croisades, qui est une référence en la matière. Capable de lire le français, le russe, le grec, le latin, l'arabe, le turque, le perse, l'hébraïque, le syriaque, l'arménien et le géorgien, il fut professeur d’Art et Histoire byzantines à l’Université d’Istanbul. Passionné d’occultisme, il était proche d'Aldous Huxley et de George Orwell.

 

S

Sagart, Laurent (1951 - ) est un sinologue français, membre du Centre de recherches linguistiques sur l'Asie orientale et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

 

Saint-Martin, Louis Vivien de (1802 - 1896) est un géographe, cartographe et écrivains français : Histoire des découvertes géographiques, Nouveau dictionnaire de géographie universelle, Atlas universel de géographie, Histoire générale de la Révolution française, Histoire de Napoléon, ainsi que des traductions des romans de Walter Scott. À la suite d'un voyage en Perse, il évoque dans la presse les ruines de Persépolis et Ninive. Fondateur et président de la Société de géographie, membre de la Société asiatique, de la Société d'ethnologie et d'un grand nombre de sociétés savantes et académies européennes.

 

Sand, George (1804-1876) est le pseudonyme d'Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil, baronne Dudevant. Cette auteure, parmis les plus populaire du 19e siècle, s'intéressa au folklore de sa terre natale, le Berry : Les Contes d'une grand'mère (1873 et 1876) et Légendes rustiques en 1858.

 

Sauveplane, Jules-Justin (1862-1928) est un ecclésiastique et historien français, spécialiste d'études bibliques et de l'Orient ancien. En 1893, il est l'auteur d'une des premières traductions françaises de l’Épopée de Gilgamesh (1893). Professeur à l'École Fénelon et aussi abbé de Levallois-Perret.

 

Saxe, John Godfrey (1816-1887) est un homme politique, poète et satiriste américain, auteur de la traduction et de la diffusion en Occident de la parabole jaïne « Les Aveugles et l'Éléphant ».

 

Schaeder, Hans Heinrich (1896-1957) est un professeur à l'université de Konigsberg, à l'université de Leipzig, à l'université de Berlin et à celle de Gottingen, iranologue et historien des religions (spécialiste du manichéisme).

 

Soupé, Alfred Philibert (1818-1904), traducteur du sanskrit, était professeur de la faculté des lettres de Lyon.

 

Stokes, Whitley (1830-1909) est un linguiste britannique spécialiste des langues celtiques (moyen irlandais et vieil irlandais). Il occupa en Inde plusieurs postes officiels. Membre de la British Academy ainsi qu'associé étranger de l'Institut de France, « Whitley Stokes est peut-être le plus célèbre celtisant de Grande-Bretagne » (Wikipedia).

 

Strehly, Georges (1851–1906) est un indianiste alsacien, traducteur du sanskrit (Loi de Manou, 1893). Professeur à Saint-Étienne, Lyon et au lycée Louis-le-Grand à Paris.

 

Sturluson, Snorri (1179-1241) est un « homme politique, diplomate, historien et poète islandais. Auteur de nombreuses sagas et de récits mythologiques, son œuvre constitue une source essentielle pour la connaissance de la mythologie nordique ». Wikipedia.

 

T

Tardieu, Michel (1938 - ) est un historien français, spécialiste du christianisme et des spitirualités syncrétisques antiques. Il est le traducteur et l'éxégète de textes manichéens. Membre honoraire du Laboratoire d'études sur les monothéismes et professeur honoraire au Collège de France.

 

Thevenot, Émile (1904-1966) est un historien de l'antiquité gallo-romaine, membre de l'Académie de Dijon, Vice-Président de la Société Éduenne, président d'honneur de la Société d'Archéologie de Beaune.

 

Thomas, Walter (1864-1954) est un linguiste et philologue français d'origine britannique. Locuteur du français, de l'allemand et de l'anglais, il fut maître de conférences à l'université de Rennes, puis chargé de cours d'anglais à l'université de Lille et professeur de littérature anglaise à la Faculté des lettres de l'Université de Lyon. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur le monde anglo-saxon et sa littérature, et d'un précis de littérature allemande (1913). Il est le traducteur en français de Beowulf (1919).

 

U

Ubicini, Jean-Henri-Abdolonyme (1818-1884) est un éditeur et historien français. « En 1846, il entreprend un long voyage en Italie, en Grèce, en Turquie et dans les principautés danubiennes. Alors qu'il se trouve à Bucarest, il prend part à la Révolution roumaine de 1848 et devient secrétaire du gouvernement provisoire et de la lieutenance princière. Chassé de Valachie par l'entrée des troupes turco-russes, il séjourne quelque temps à Constantinople. Revenu à Paris, il se fait connaître par une série d'ouvrages historiques et politiques. Il publie en outre des éditions d'auteurs anciens et contribue à diverses publications périodiques et encyclopédiques, dont la Revue de l'Orient qu'il fonde et dirige pendant deux ans. » Wikipedia.

 

V

 

Varagnac, André (1894-1983) est un folkloriste, conservateur adjoint du Musée National des Arts et Traditions Populaires, puis conservateur du Musée des Antiquités Nationales et maître de conférences à l'École Pratique des Hautes Études.

 

Varenne, Jean (1926-1997) est un indianiste et sanskritiste. Lecteur de français à l'Université de Poona (Inde), détaché à l'École Française d'Extrême-Orient, puis maître de conférences à l'Université d'Aix-Marseille. Il fut professeur de sanskrit et de civilisation indienne à l'Université de Lyon III, au Colegio de Mexico et à l'Université de Chicago. Il sera cofondateur, avec Jean-Paul Allard et Jean Haudry, de l'Institut d'Études Indo-Européennes et Fondateur de la collection « Études indo-européennes » aux éditions des Belles Lettres. Personnalité de la Nouvelle Droite, il est le cofondateur et fut président du GRECE, membre du comité de patronage de Nouvelle École, collaborateur à Défense de l'Occident et membre du Conseil Scientifique du Front National. Ses ouvrages principaux sont : Maha-Narayana Upanisad (1960), Mantra védiques dans le « Raurava-agama » (1962), Zarathushtra et la tradition mazdéenne (1962), Le Véda (1967), Mythes et légendes, extraits des Brahmanas (1968), Grammaire du sanskrit (Que sais-je ? Numéro1416, 1971), Upanisads du Yoga (1971), Le Yoga et la tradition hindoue (1971), Célébration de la Grande Déesse (1975), Cosmogonies Védiques, (1981), Aux Sources du Yoga (1989), La Gita Govinda (1991), L'Enseignement secret de la divine Shakti (1995), Le Tantrisme : mythes, rites, métaphysique (1997), Zoroastre, le prophète de l'Iran (1996), Dictionnaire de l'hindouisme (avec Michel Delahoutre, 2002) et Vocabulaire de l'hindouisme (avec Jean Herbert, 1985).

 

Vincent, Guy est sanskritiste professeur de Lettres Classiques au Lycée Zola à Aix-en-Provence. Avec Gilles Schaufelberger, il est traducteur du Mahabharata.

 

W

Warner, Elizabeth est professeur de russe à l’université de Durham (Royaume-Uni). Elle a enseigné à l'Université de St Andrew et à celle de Hull, où elle fut responsable du département d'études russes. Spécialiste du folklore russe.

Glossaire des sanskritistes, orientalistes, indianistes, spécialistes des études indo-européennes, germaniques, celtiques, slaves et médiévales

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article