Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

SÉRAPIS

« À Alexandrie, l'hellénisme se superposait à la vie égyptienne, il ne s'y mêlait nullement. Ptolémée Soter [368 - 283] appela la religion à l'aide. Il tenta de populariser le culte d'un dieu quasi nouveau et qui s'imposât à la fois aux Grecs et aux Égyptiens. Il choisit pour cela un dieu composite de Memphis, nommé Sérapis, dont le nom même contient des éléments des noms d'Osiris et du taureau Apis. Ce dieu célébré selon des rites grecs qui rappelaient ceux des mystères de Bacchos fut proposé à la fois aux Égyptiens et aux Grecs qu'il tentait d'unir en une religion commune. Ce but ne fut pas atteint, mais la vogue de Sérapis fut immense durant des siècles, surtout sous l'Empire romain. Des Sérapéions s'élevèrent partout dans le monde. Il y avait un Sérapéion à Alexandrie : Sérapis y faisait de nombreux miracles... » André Bonnard, Civilisation grecque.

 

« SÉRAPIS : Après sa mort, le taureau divin Apis était assimilé à Osiris, dieu funéraire et lunaire, et adoré sous la forme d'Osiris-Apis. Cette divinité hybride aurait été assimilée à un Sérapis, dieu de Sinope sur la mer Noire, qui, étant apparu en songe à Ptolémée. Il, lui demanda de ramener sa statue en Égypte. Sérapis, qui syncrétisait quelques éléments des attributs d'Osiris avec les caractéristiques de diverses divinités helléniques (Zeus, Dionysos, Asclépios, devint le dieu d’État sous les Lagides, qui pensaient ainsi complaire à leurs sujets grecs et égyptiens. Des temples furent consacrés à Sérapis à travers toute l’Égypte, et surtout à Memphis et à Alexandrie, où le sérapéum était un des monuments les plus remarquables, avant que son culte ne s'étendit à travers l'Empire romain après l'annexion de l’Égypte. » G. et M. F. Rachet, Dictionnaire de la civilisation égyptienne.

SÉRAPIS

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article