Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

Les BALTES

Suis, cher frère, le chemin honnêtement, parle une langue honnête / Dès lors, Dieu va t'aider à finir le chemin honnêtement. 

Daïna 33119

De par son emploi de juge et d'administrateur de l'Empire romain, Tacite voyagea à travers les pays germaniques en 98. Au nord de l'Europe, sur les rivages de la mer Baltique, Tacite rencontra un peuple différent des autres peuplades germaniques, qu'il nomma Aistii (« Estes » dans certaines traductions).

« En revenant à la mer des Suèves [Baltique], on trouve sur le rivage à droite les tribus des Estes. Ils ont les usages et l’habillement des Suèves ; leur langue ressemble davantage à celle des Bretons. Ils adorent la Mère des dieux. Pour symbole de ce culte, on porte l’image d’un sanglier : elle tient lieu d’arme et de sauvegarde ; elle donne à l’adorateur de la déesse, fût-il entouré d’ennemis, une pleine sécurité. Les Estes combattent peu avec le fer, souvent avec des bâtons. Ils cultivent le blé et les autres fruits de la terre avec plus de patience que n’en promet la paresse habituelle des Germains. Ils fouillent même la mer, et sont le seul peuple qui en recueille l'Ambre, qu'ils trouvent entre les rochers et quelquefois sur le rivage. [...] Les gens du pays n’en font aucun usage ; ils le recueillent brut, nous l’apportent dans son état informe, et s’étonnent du prix qu’ils en reçoivent. » Germanie, 45.

Tacite décrit là les ancêtres des peuples de la Baltique, à savoir les Lituaniens et les Lettons, deux peuples locuteurs d'une langue indo-européenne, mais aussi les Estoniens, locuteur d'une langue ouralienne.

Détachés très tôt des autres peuples nomades des steppes d'Asie centrale pour s'installer sur les pourtours de la Baltique, les Lituaniens et les Lettons sont parmi les premiers Indo-Européens à s'implanter durablement en Europe. De tous les peuples européens, ce sont les Baltes qui semblent le plus porter l'empreinte du socle culturel commun aux Aryens. Contrairement aux Celtes et aux Germains, qui très vite se mélangèrent aux sociétés européennes autochtones, le modèle civilisationnel des Baltes ne fut que tardivement acculturé au modèle continental (germanique) ou méditerranéen (chrétien). Malgré plus de mille ans de suprématie catholique et presque un siècle de domination soviétique, la tradition ancestrale de la Baltique se perpétue encore de nos jours sous la forme du néo-paganisme (mouvement Romuva).

Les langues balto-nordiques modernes, dont fait partie le lituanien (3 millions de locuteurs) découlent de ce baltique ancien plus proche du sanskrit que du latin1.

Les peuples indo-européens de la Baltique vivaient jadis sur un territoire bien plus vaste qu'aujourd'hui.

« Les Jatvingiens, qui habitaient au sud-est de la Lituanie entre les rivières Pripet, Bug et Nemunas, furent graduellement remplacés par les Slaves de l'Ouest (les Polonais) et, comme nation, ont cessé d'exister vers les 15e et 16e siècles. Similairement, les Galindiens, qui étaient les habitants de la région située entre les cours supérieurs des rivières Oka et Volga (région de Moscou), ont été vaincus et absorbés par l'expansion des Slaves orientaux (prédécesseurs des Russes) vers le 11e siècle. […] Du groupe linguistique balte, la langue prusse s'est éteinte au 17e siècle. L'arrivée, au 13e siècle, des chevaliers Porte-Glaives (une branche de l'Ordre des Templiers) est généralement considérée par les Baltes comme l'événement le plus tragique dans leur histoire. Après cent ans d'hostilités incessantes avec les tribus lettonnes, ces dernières ont été vaincues, dispersées, et les guerriers venant de l'Europe centrale se sont appropriés leurs terres. L'expansion allemande et l'expansion russe continuèrent sous le patronage des deux empires chrétiens, le byzantin à l'est et le romain à l'ouest. » J. R. Palieps, Les Daïnas des Lettons et les hymnes védiques, étude comparative dans le domaine mytho-poétique indo-européen. Université de Montréal, 2007.

Dans sa thèse publiée, Janis R. Palieps résume justement :

es langues baltes ont souvent été reconnues comme comportant des éléments extrêmement archaïques. Les Lettons sont demeurés relativement isolés des influences extérieures pendant quelque 4000 ans. Donc, on peut postuler que les Lettons ont retenu certains éléments de la langue, du mode de pensée ainsi que des traditions de l'origine indo-européenne commune. Cela fait aussi penser que les Lettons d'aujourd'hui sont plutôt les gardiens que les créateurs de leur mytho-poésie.

Les BALTES

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article