Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arya-Dharma, l'héritage indo-européen

La bibliothèque numérique consacrée aux traditions primordiales et indo-européennes

OGMIOS, Hercule gaulois

Par Lucien de Samosate

Hercule, chez les Gaulois, se nomme Ogmios dans la langue nationale. La forme sous laquelle ils représentent ce dieu a quelque chose de tout à fait étrange. C’est pour eux un vieillard, d’un âge fort avancé, qui n’a de cheveux que sur le sommet de la tête, et ceux qui lui restent tout à fait blancs.

Sa peau est ridée et brûlée par le soleil, jusqu’à paraître noire comme celle des vieux marins. On le prendrait pour un Charon, un Japet sorti du fond de sa prison infernal du Tartare, pour tout enfin plutôt que pour Hercule. Cependant tel qu’il est, il a tous les attributs de ce dieu. Il est revêtu de la peau du lion, tient une massue dans la main droite, porte un carquois suspendu à ses épaules, et présente de la main gauche un arc tendu. C’est Hercule tout entier. [...]

Cependant je ne vous ai point encore dit ce que sa figure a de plus singulier. Cet Hercule vieillard attire à lui une foule considérable, qu’il tient attachée par les oreilles. Les liens dont il se sert sont de petites chaînes d’or et d’ambre, d’un travail délicat, et semblables à de beaux colliers. Malgré la faiblesse de leurs chaînes, ces captifs ne cherchent point à prendre la fuite, quoiqu’ils le puissent aisément, et loin de résister, de roidir les pieds, de se renverser en arrière, ils suivent avec joie celui qui les guide, le comblent d’éloges, s’empressent de l’atteindre, et voudraient même le devancer, mouvement qui leur fait relâcher la chaîne et donne à croire qu’ils seraient désolés d’en être détachés. Mais ce qui me parut le plus bizarre, c’est ce que je veux vous dire sans délai. L’artiste ne sachant où attacher le bout des chaînes, vu que la main droite du héros tient une massue et la gauche un arc, a imaginé de percer l’extrémité de la langue du dieu et de faire attirer par elle tous les hommes qui le suivent : lui-même se retourne de leur côté avec un sourire. [...]

Un Gaulois qui se trouvait alors près de moi, [versé, je crois, dans une connaissance profonde des arts de son pays] me dit :

« Étranger, [...] nous autres Gaulois, nous ne pensons pas comme vous Grecs, qu'Hermès soit le dieu de l'éloquence. Nous l’attribuons à Hercule, qui l’emporte sur Hermès par la supériorité de ses forces. Si nous le représentons sous la forme d’un vieillard, n’en soyez pas surpris. Ce n’est que dans un âge avancé que le talent de la parole se montre avec le plus d’éclat et de maturité. [...]

Ne soyez pas surpris non plus de ce qu’Hercule, emblème de l’éloquence, conduit avec sa langue des hommes enchaînés par les oreilles. Vous savez la parenté qui existe entre les oreilles et la

langue. [...]

Enfin nous croyons que c’est par la force de son éloquence qu’Hercule a accompli ses exploits. C’était un sage qui faisait violence par la puissance de sa parole. Les traits que vous lui voyez sont ses discours, qui pénètrent, volent droit au but, et blessent les âmes.

OGMIOS, Hercule gaulois

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article